Frédéric de Vençay

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

113 films notés

118 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Le gamin au vélo - la critique

Sans être le meilleur film des Dardenne, cette chronique de l’enfance abandonnée et combative confirme le perfectionnisme des cinéastes belges, à la fois minimalistes et minutieux à tout point de vue. Scénario, mise en scène, direction d’acteurs : sous l’anecdotique se déploie un véritable travail d’orfèvre. Le résultat émeut, questionne et frappe souvent juste. Belles prestations du "gamin" Doret et de la jolie Cécile de France, bien revenue de son expérience catastrophique chez (...)

Lire la suite

Animal Kingdom - la critique

Dans la lignée de James Gray (pour la mise en scène) et de Scorsese (pour la bestialité de personnages qui s’entretuent), "Animal kingdom" vient frapper un grand coup à la porte du néo-polar. Sec, tendu et intense, cet essai australien impressionne par sa maîtrise, malgré un petit péché d’excès dans le déploiement de ses artifices (ralentis parfois chichiteux, ellipses terroristes). Les comédiens sont monstrueux de charisme, avec une mention spéciale à Jacki Weaver et Ben (...)

Lire la suite

La solitude des nombres premiers - La critique

Baroque, audacieux, en mouvement, le néo cinéma italien compte parmi les plus passionnants de la planète. Après Guadagnino ("Amore"), Sorrentino ("Il divo") et surtout Marco Bellochio (le sublime "Vincere"), voici Constanzo qui adapte un roman adulé en éclatant sa structure et ses codes. L’atmosphère de film noir et les références incessantes à Dario Argento s’avèrent paradoxalement idéales pour disséquer un poignant malaise adolescent. Dommage que l’ensemble soit un peu inégal, entre un monumental pic d’intensité en milieu de métrage et un dénouement qui traîne la (...)

Lire la suite

The Tree of life - la critique

Opéra stellaire et chronique familiale pour le nouveau Malick, qui à la fois déconcerte et nous donne ce qu’on attendait : un grand film sensoriel et mémoriel en quête de mysticisme. La mystification rôde parfois dans la voix-off et les images, l’ennui n’est pas absent... Cependant, la Palme 2011 (méritée) dégage une telle grâce, une telle poésie et une telle puissance qu’elle atteint sans problème l’idéal de cinéma délirant qu’elle s’était fixée. A voir, à revoir et à méditer, pour une oeuvre dont on se souviendra certainement dans les vingt ou trente prochaines (...)

Lire la suite

The company men - La critique

Le film fait très peur sur le papier, mais c’est une bonne surprise, au final, dans le genre du mélo à l’américaine. L’écriture des personnages et des dialogues, au cordeau, sont d’une belle justesse et parviennent à nous faire ressentir, sensiblement, le sort de ces pontes capitalistes pourtant si peu proches de nous. Les acteurs sont plutôt bons, la mise en scène à la Sam Mendès un peu lisse, le dénouement très hollywoodien. Bonne moyenne.

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Il était une fois la révolution - la critique

Faux western et vraie fresque historique et lyrique, Il était une fois la révolution est sans doute le film le plus sombre, le plus violent de Sergio Leone. Une puissance visuelle inouïe au service d’une vision désenchantée de la politique.

Pique-nique à Hanging Rock - Peter Weir - critique

Deuxième long-métrage et coup d’éclat précoce pour Peter Weir, qui s’approprie une histoire de fait divers pour atteindre des sommets de grâce et d’ambiguïté. Ensorcelant.

La cité de la peur, une comédie familiale - la critique

Paroxysme de la connerie joyeuse, le film culte de les Nuls reste toujours aussi drôle, même à la dixième vision. Jubilatoire.

Merci pour le chocolat - Claude Chabrol - critique

Faussement lisse, vraiment cruel, délicieusement ambigu : l’un des derniers (très) bons films de maître Chabrol.

Requiem for a dream - Darren Aronofsky - critique

Le film coup-de-poing par excellence, ou l’enfer des drogues vu par un œil virtuose et sans concessions. Une déflagration d’une puissance inouïe, qui laisse physiquement sur le carreau.

Lost : bilan de la saison 6

Décevante pour les uns, époustouflante pour les autres, déroutante pour tous, la dernière saison de Lost a assuré le spectacle, sans dévoiler toutes ses clés cependant...

Le mot de la fin pour Lost

La série phare créée par J.J. Abrahams est sur le point de dévoiler tous (?) ses mystères...