Jean-Patrick Géraud

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

32 films notés

36 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Bright star - La critique

Jane Campion ne se contente pas de retracer une histoire d’amour romanesque, où l’émotion s’installe subtilement. Bright Star est avant tout une expérience esthétique très forte, située à la croisée de la danse, de la peinture et de la poésie -remarquables scènes de lecture, très loin de l’académisme pompeux auquel on aurait pu s’attendre. Le film travaille avec brio ces formes d’expression pour livrer une vision personnelle, donc fragmentaire, de la vie du poète. Qu’apprend-on réellement sur John Keats ? Pas grand chose, en définitive. C’est surtout le regard porté par son héroïne qui intéresse Jane Campion. (...)

Lire la suite

Poupoupidou - la critique

L’enquête est bien menée, et la mise en scène regorge d’astuces plaisantes. Dommage que l’ironie de l’ensemble casse un peu trop les moments graves. Le film finit par se noyer dans un flot de références "second degré" entre lesquelles les acteurs évoluent avec plus ou moins d’aisance. Au final, Poupoupidou a les mêmes travers que son héroïne, laissant entrevoir le film qu’il aurait pu être (un thriller lynchien efficace), mais se refusant toujours à l’être. L’ensemble reste vif et (...)

Lire la suite

Black Swan - la critique

Black Swan est, à bien des égards, un film brillant. Non seulement la mise en abyme donne lieu à des prouesses de mise en scène (exceptionnel numéro final), mais le film peut carrément se lire comme une adaptation inversée du Lac des Cygnes. La quête de la perfection se substitue ainsi avec grâce à celle de l’amour, seul l’accomplissement du numéro pouvant "briser le sortilège" de Nina. Curieusement, Aronofsky explore des thèmes lynchiens (la rivale, le spectacle, le double) mais avec une mise en scène très personnelle, qui confirme la singularité de son style et l’impose comme un des réalisateurs les (...)

Lire la suite

Les Femmes du 6e étage - la critique

Davantage qu’une satire, le film est un portrait sincère de la bourgeoisie des années 60. Grâce à la justesse de ses acteurs et à une mise en scène impeccable, Le Guay délaisse les clichés et les ficelles du vaudeville pour privilégier l’intériorité de ses personnages. Mais en dépit d’une belle fin en demi-teinte, le film n’échappe pas totalement à la complaisance, notamment lorsqu’est évoquée la vie des immigrées espagnoles. L’ensemble demeure drôle et plus original qu’il n’y (...)

Lire la suite

Fighter - la critique

Si Fighter séduit par ses acteurs - récompenses méritées pour Christian Bale et Melissa Leo, très émouvants - c’est au détriment d’un scénario un peu trop plein de bonnes intentions et parfois étrangement dépourvu de vraisemblance. L’ensemble demeure vif et drôle.

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

La Reine Margot - la critique

Un ballet flamboyant, époustouflant de violence et de beauté.

Titeuf, le film - la critique

Une comédie amusante, malgré ses excès de gags pipicaca.

Le sauvage - la critique

Entre vaudeville et robinsonnade nostalgique, cette comédie douce-amère n’a rien perdu de son charme corrosif grâce à son rythme enlevé et à un tandem d’acteurs éblouissant.

Go Go Tales - la critique du film

En infiltrant les coulisses imaginaires d’un cabaret chic de gogo danseuses, Ferrara livre une comédie virtuose qui se regarde à la fois comme une étude de mœurs et un hommage émouvant rendu aux acteurs.

Un monstre à Paris - la critique

Pittoresque et sympathique, ce divertissement de qualité ménage un peu trop son potentiel.

La sériephilie, sociologie d’un attachement culturel

Un ouvrage synthétique et éclairant.

Adieu camarades - la critique + le test DVD

Grandeur et décadence du système soviétique à travers ce documentaire ludique, passionnant, et qui demeure instructif malgré un recours à la fiction parfois discutable