Jujulcactus

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

1 film à voir

0 film vu

94 films notés

94 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Chatroom - la critique

« Chatroom » est assez difficile à juger, car Hideo Nakata a eu une idée tout simplement exellente quand à la représentation des forums de discussions en sortes de chambres d’hotel, avec toute la symbolique qu’il peut y avoir derrière et tous les liens qu’il fait dans son désir de modélisation de l’espace internet. Mais le plus gros soucis est que Mr Nakata a conscience que son idée est géniale et se regarde un peu le nombril, essayant de justifier constamment son idée, de la montrer brillante ... Mais au final il se perd et oublie de construire son film, ses personnages ... Des personnages superficiels (...)

Lire la suite

L’heure du crime - La critique

Rarement tenté par le cinéma italien, « L’heure du crime » marque peut-être un tourant ! Ce Giuseppe Capotondi est un réalisateur à suivre, car avec ce premier film il signe une oeuvre singulière mélant les genres avec brio : comédie, thriller, romantique, drame, même fantastique, le tout avec une caméra savamment maitrisée ! Beaucoup de zooms, de plans décentrés, des jeux de lumières, des effets dont il n’abuse pas et qui rendent ses images vraiment belles, accompagnées d’une BO réussie. Les deux acteurs sont eux aussi formidables, sublimés par cette caméra, mais ils s’imposent d’eux même par la profondeur (...)

Lire la suite

Un poison violent - Katell Quillévéré - critique

« Un poison violent » n’a véritablement de violent que le nom, car le film fait preuve pendant 1h30 d’une incroyable molesse...Il qui traîte du dilemme entre la pratique religieuse et l’amour, mais n’arrive justement jamais à nous délivrer son message, que l’on tente bien de capter mais qui ne vient jamais jusqu’à nous ... En cause, une réalisation paresseuse, une mise en scène plate, un jeu d’acteur très moyen et assez répétitif malgré une distribution intéressante (la fille s’évanouïe, la mère pleure, la mère pleure, la fille s’évanouïe ...), les seconds rôles ne sont pas là pour relevé le niveau, Galabru (...)

Lire la suite

L’amour, c’est mieux à deux - la critique

Sur le papier « L’amour c’est mieux à deux » n’a pas grand chose pour se détacher des films du genre , la trame de la comédie romantique classique dans son simple appareil : déjà vue et prévisible. Pourtant il se dégage une certaine légèreté et un capital sympathie non négligeable principalement grâce à l’énergie déployée par les comédiens. Un trio central efficace, porté par une Virginie Efira pleine de charme, un Clovis Cornillac assez convaincant (et notamment au début) et un Manu Payet pas trop mauvais. Mais l’atout majeur du film se situe juste derrière ; les seconds rôles sont savoureux, et souvent (...)

Lire la suite

Summer Wars - La critique

Vu en avant première, ce petit bijou de l’animation japonaise orchestré par Mamoru Hosoda (à qui l’on doit notamment « La traversée du temps ») m’a séduit. A la base dèja par son scénario actuel et original qui met en parallèle deux mondes (le vrai et Oz, le virtuel) où l’un entraine la chute de l’autre. Une sorte de course contre la montre pour stopper un déreglement virtuel lourd de conséquences pour le monde réel. La réalisation est prodigieuse : le film oscille entre les genres avec réussite, offrant une aventure riche et entraînante tout en évitant la lourdeur qui aurait pu s’installer grâce à un second (...)

Lire la suite