Sébastien Schreurs

OTTIGNIES

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

33 films notés

35 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Dans la maison - la critique

A trop vouloir s’approcher du "Théorème" de Pasolini, Ozon se brûle littéralement les ailes. N’est pas Terence Stamp qui veut... CQFD !

Lire la suite

Le ruban blanc - la critique

Le village des damnés. Michael Haneke est un immense cinéaste (depuis sa trilogie sur la "glaciation émotionnelle") et il le prouve une fois de plus avec cette parabole glaciale sur l’éducation rigoriste au sein de la petite communauté d’un village allemand. Si Haneke ne donne aucune explication (c’est qu’il fait confiance à la subtilité de son public), il faut y voir entre les lignes une divination du fascisme. Les enfants victimes de cette autorité parentale seront les bouchers nazis de demain, semblerait dire le réalisateur palmé. Bravo à Isabelle Huppert d’avoir eu le cran de faire du copinage (...)

Lire la suite

Inception - la critique

« Deception » A l’encontre des critiques dithyrambiques et de l’engouement général, "Inception" est, sans conteste, la déception de l’année (comme "Avatar", l’année dernière). Pourtant, Christopher Nolan fait partie incontestablement (autant que David Fincher ou Paul Thomas Anderson) du cercle fermé des metteurs en scène anglophones les plus brillants de ces vingt dernières années. Ce rêve tronqué, personne n’osait y songer par le passé. Le "prestige" de Nolan serait d’imaginer la fusion de l’action d’un James Bond (période Pierce Brosnan) évoluant dans la "Matrix" des frères Wachowski. Heureusement, les (...)

Lire la suite

I love you Philip Morris - la critique

« La "gay pride" de Jim Carrey » Alors que Jim Carrey change définitivement de bord, "I love you Phillip Morris", quant à lui, se cherche continuellement entre critique acerbe de la société américaine et comédie où l’inoubliable Truman de Peter Weir déploie son panel de mimiques habituelles. Sympathiquement gay, cependant rien de bien brillant sous le soleil.

Lire la suite

Mr Nobody - la critique

« "E pericoloso sporgersi" en version longuette » Comme dans son chef-d’oeuvre "Toto le héros", Jaco van Dormael pousse encore plus loin sa théorie de l’effet papillon. Il reprend l’idée de base de son court-métrage "E pericoloso sporgersi" en imaginant les possibilités multiples qui déboucheraient sur le fait de réussir ou non à monter dans le train lors de son départ en gare. Le projet a beau être ambitieux, l’aboutissement n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Brouillon et imparfait comme l’est l’existence (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Le dernier nabab - la critique

Quand un producteur prend conscience que la vie n’est pas aussi interchangeable qu’un scénario de film... A la différence de ce dernier, Elia Kazan quitte le cinéma par la grande porte.

Hoffa - la critique

Après F.I.S.T. de Norman Jewison, Danny DeVito brosse le portrait du plus influent syndicaliste américain. Un biopic classique qui caresse Hoffa dans le sens du poil...

Koyaanisqatsi - la critique

Allégorie biblique, pamphlet écologique, voyage sensoriel ; ce premier volet de la Trilogie des Qatsi inquiète autant qu’il fascine. Une œuvre clé de l’histoire du cinéma mondial.

Bleeder - la critique du film

Bleeder est le film le plus méconnu, mais aussi le plus personnel du dernier lauréat du Prix de la mise en scène à Cannes pour le déjà cultissime Drive. À redécouvrir de toute urgence tant il est annonciateur des soubresauts de violence qui hantent toute l’œuvre étourdissante de Nicolas Winding Refn. En HD, en octobre 2016.

Amour - la critique

Huitième film en compétition officielle, Amour permet à Haneke d’entrer dans le club très sélect des "double-palmés". Mérité !

Xanadu - la série évènement d’Arte

À partir de ce soir, la série Xanadu, diffusée sur Arte, nous fait pénétrer dans les coulisses du cinéma porno. Chaud devant !