Norman06

FILMS

0 films à voir

0 films vus

570 films notés

575 avis de films

TV

0 séries à voir

0 séries TV vus

0 séries TV notées

0 avis de séries TV

BD

0 BD à lire

0 BD lus

0 BD notées

0 avis de BD

MUSIQUE

0 musiques à écouter

0 musiques écoutées

0 musiques notées

0 avis de musique

A voir, à lire, à entendre

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Médiathèque

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Avis

  • FILMS
  • BD
  • Séries TV
  • MUSIQUE

Le discours d’un roi - la critique

Agréable biopic, bien écrit et sobre, ce récit n’est pas loin de certains bijoux ciselés par Ivory. Le jeu (trop) shakespearien des acteurs, la sage reconstitution et l’académisme du dénouement sont les limites d’un film qui souffre de la comparaison avec The Queen. Et en dépit de sa prestation oscarisable, on préférait Colin Firth en Valmont ou en universitaire décalé dans A Single man. Cela reste toutefois une œuvre tout à fait recommandable.

Lire la suite

Incendies - la critique

Dommage que la mise en scène télévisuelle et des maladresses (ralentis, musique emphatique...) atténuent la portée de l’ensemble. Mais le scénario est l’un des plus forts de ces dernières années, mêlant drame familial et politique, psychanalyse et thriller. L’aspect lisse du traitement contraste alors avec un sentiment d’horreur et d’oppression sordide qui fait la puissance de l’œuvre. Lubna Azabal s’impose en outre comme une grande tragédienne de l’écran.

Lire la suite

Angèle et Tony - la critique

En dépit de tics liés à un certain cinéma d’auteur, ce premier film étonne par l’insolite histoire d’amour qui constitue la trame du récit. Clotilde Hesme s’impose comme grande actrice et jamais depuis L’amour d’une femme (Jean Grémillon, 1953), le cinéma français n’avait filmé avec autant de talent l’univers des marins pêcheurs.

Lire la suite

Shanghai dreams - la critique

L’œuvre est instructive par sa description subtile d’une petite communauté, en une peinture de ses préoccupations, difficultés et petites joies, dans une décennie peu filmée dans le cinéma chinois. La réalité de l’entreprise, les exécutions sur la voie publique ou la vétusté des logements sont autant de témoignages d’une époque assez trouble. Sans doute un montage plus serré aurait-il permis de donner un peu plus d’ampleur à ce joli film qui constitue tout de même une curiosité dans la féconde cinématographie (...)

Lire la suite

L’arnacoeur - la critique

Aimable comédie, plutôt bien écrite et rythmée, mais qui souffre d’une comparaison avec les grands modèles de l’âge d’or hollywoodien. Quelques lourdeurs (le gag insistant des pleurs, la copine nymphomane) et une interprétation inégale (Vanessa Paradis n’est pas une actrice comique, les seconds rôles en font des tonnes)altèrent la réussite mais l’ensemble distille un certain charme.

Lire la suite