Norman06

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

569 films notés

575 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Angèle et Tony - la critique

En dépit de tics liés à un certain cinéma d’auteur, ce premier film étonne par l’insolite histoire d’amour qui constitue la trame du récit. Clotilde Hesme s’impose comme grande actrice et jamais depuis L’amour d’une femme (Jean Grémillon, 1953), le cinéma français n’avait filmé avec autant de talent l’univers des marins pêcheurs.

Lire la suite

Incendies - la critique

Dommage que la mise en scène télévisuelle et des maladresses (ralentis, musique emphatique...) atténuent la portée de l’ensemble. Mais le scénario est l’un des plus forts de ces dernières années, mêlant drame familial et politique, psychanalyse et thriller. L’aspect lisse du traitement contraste alors avec un sentiment d’horreur et d’oppression sordide qui fait la puissance de l’œuvre. Lubna Azabal s’impose en outre comme une grande tragédienne de l’écran.

Lire la suite

Le discours d’un roi - la critique

Agréable biopic, bien écrit et sobre, ce récit n’est pas loin de certains bijoux ciselés par Ivory. Le jeu (trop) shakespearien des acteurs, la sage reconstitution et l’académisme du dénouement sont les limites d’un film qui souffre de la comparaison avec The Queen. Et en dépit de sa prestation oscarisable, on préférait Colin Firth en Valmont ou en universitaire décalé dans A Single man. Cela reste toutefois une œuvre tout à fait recommandable.

Lire la suite

Carancho - La critique

Un récit au carrefour du polar, du romanesque et de la dénonciation sociale, bien servi par Ricardo Darín et Martina Gusman, et au final éblouissant. On déplorera juste une noirceur et une violence excessive qui curieusement atténuent la force de l’ensemble. Un film coup de poing !

Lire la suite

Scènes de chasse en Bavière - la critique

Un électrochoc qui marqua le renouveau du cinéma allemand à la fin des années 60. Peinture de la bassesse humaine, c’est à la fois une critique virulente de l’ordre social, une mise en abîme fascinante de l’Allemagne un quart de siècle après la chute du nazisme, un modèle d’épure et l’un des premiers grands films, après Victim et La rumeur, dénonçant l’homophobie ordinaire. Magistral !

Lire la suite