Critique

CINÉMA

Le discours d’un roi - la critique

Le discours d’un roi : le film aux 4 Oscar 2011

Le 22 février 2014

Une merveille d’émotion qui a tout compris au langage cinématographique. Le chef d’oeuvre de ce début d’année...

Galerie photos

  • Norman06 3 février 2011
    Le discours d’un roi - la critique

    Agréable biopic, bien écrit et sobre, ce récit n’est pas loin de certains bijoux ciselés par Ivory. Le jeu (trop) shakespearien des acteurs, la sage reconstitution et l’académisme du dénouement sont les limites d’un film qui souffre de la comparaison avec The Queen. Et en dépit de sa prestation oscarisable, on préférait Colin Firth en Valmont ou en universitaire décalé dans A Single man. Cela reste toutefois une œuvre tout à fait recommandable.

  • Frédéric de Vençay 11 février 2011
    Le discours d’un roi - la critique

    En effet "The king’s speech" reste un biopic sans prise de risques et assez consensuel, et en effet Colin Firth était plus éclatant (plus sobre aussi) dans le chef-d’oeuvre de Tom Ford. Le film de Tom Hooper bénéficie tout de même d’une qualité d’écriture et d’interprétation (mention spéciale au génial Geoffrey Rush, sur le fil entre cabotinage et sensibilité) qui nous fait passer un moment largement agréable, malgré un ensemble un brin policé.

  • Jujulcactus 17 février 2011
    Le discours d’un roi - la critique

    Le nouveau film de Tom Hooper ouvre le bal des sorties à potentiel d’oscar, précédant ainsi « Black Swan », « 127 heures » ou encore « True Grit » ... Il fait d’ailleurs figure de favoris aux statuettes depuis les dernières récompenses tombées en Janvier ... Le film se base sur l’histoire vraie de George VI, arrivé sur le trône britannique malgré lui après le décès de son père et le forfait de son frère, en ciblant principalement son propos autour du handicap de l’homme : son bégaiment. Un épisode assez méconnu mais passionant ... Dans le rôle principal on retrouve Colin Firth, fantastique dans « A single man », il est ici tout simplement magistral (a voir en VO pour en prendre la pleine mesure). Il irradie l’écran de son malaise, de son manque d’assurance devant un rôle à l’enjeu écrasant. C’est là, la plus grande réussite de son réalisateur : retranscrire le poids plombant qui tombe sur les épaules d’un homme qui ne se sens pas en mesure d’assumer un tel rôle (en particulier dans un contexte où la guerre menace à chaque instant). Pour compléter le casting, Helena Bonham Carter et Goeffrey Rush sont impeccables. L’enrobage du récit est assez classique et sobre mais la mise en scène raffinée séduit, tout autant que la BO et ses airs classiques. Plus que le discours historique, c’est ici la vie d’un homme qui se bat contre lui même pour satisfaire les exigences de tout un peuple, le tout est chargé d’une émotion sourde et continue qui affleure parfois (la relation du futur roi avec son frère, son orthophoniste ou sa femme), et d’un petit humour british agréable. Après le film a-t-il l’étoffe du chef d’oeuvre annoncé ? Peut-être pas. Trop académique et lisse dans son essai de biopic, le film se fait « trop propre sur lui ». Il aurait gagner à densifier son propos en sortant de son schéma balisé pour surprendre un minimum (c’est aussi le revers d’adapter une histoire vraie). Mais il s’agit assurément d’un grand film, avec une approche très intéressante d’un fait historique.

Votre avis

Votre note :
7 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?