Tristan Isaac

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

1 film noté

1 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Mulan - Niki Caro - critique

L’orientation donnée par Disney au remake live action de sa Mulan est, à mon avis, plus stratégique qu’idéologique : pour les Chinois, cette légende célèbre l’honneur familial et la piété filiale, conformément à la morale confucéenne, bien plus qu’elle ne dénonce le patriarcat ou ne pose la question de la transidentité. Or, c’est ce nouveau marché, aujourd’hui le deuxième au monde, que la Walt Disney Company souhaitait conquérir avec ce film et elle devait tout à la fois, pour optimiser ses chances de réussite, passer la censure gouvernementale et éviter d’offenser le public populaire, qui aurait pu considérer (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Le Tombeau des lucioles - Isao Takahata - critique

Produit par le studio Ghibli en même temps que Mon voisin Totoro, Le Tombeau des lucioles a été quelque peu éclipsé auprès du grand public par le succès international de ce dernier. Pourtant le long-métrage d’Isao Takahata constitue rien de moins que le pendant du dessin animé pour enfants de Hayao Miyazaki.

42e édition du Festival des 3 Continents

Malgré le confinement, le Festival des 3 Continents, manifestation nantaise consacrée aux cinématographies d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, aura bien lieu du vendredi 20 au samedi 29 novembre 2020, mais, pour la première fois, en ligne.

JSA-Joint Security Area - Park Chan-wook - critique

Une stupéfiante enquête policière au poste frontière des deux Corées. Un récit mené de main de maître par l’auteur d’Old Boy.

L’homme du président - Woo Min-ho - la critique du film et du DVD/Blu-ray

Situé à la croisée du film d’espionnage et du thriller historico-politique, L’homme du président adopte un point de vue aussi inédit que stimulant sur un événement déterminant de l’histoire de la Corée du Sud contemporaine : il est, par conséquent, quelque peu dommage que sa forme, par ailleurs maîtrisée, soit trop tributaire du cinéma hollywoodien.

La condition de l’homme - Masaki Kobayashi - la critique du film et du coffret Blu-ray

Bien plus qu’un classique oublié du cinéma japonais d’après-guerre, le triptyque de La condition de l’homme est une fresque cinématographique aussi monumentale que l’annonce son titre aux accents malrusiens.

Rockyrama : Matrix - La critique du hors-série

Une lecture fortement recommandée à tout amateur de la trilogie Matrix, et même à tout personne désireuse de mieux comprendre la pop culture.

Hommage à Akira : héritage de l’apocalypse - La chronique du livre

Un ouvrage original, qui ne s’avère certes pas indispensable à qui souhaite comprendre l’œuvre de Katsuhiro Ōtomo, mais qui n’en ravira pas moins les afficionados.

Turbulence - La chronique du recueil de poésie

À une époque où d’aucuns déplorent que la jeunesse se désintéresse de la poésie, Madeleine de Boysson nous offre un premier recueil prometteur qui traduit en vers, avec spontanéité, simplicité et sincérité, les tumultes de l’adolescence.

Gôshu le violoncelliste - La critique du conte

Une traduction nouvelle d’un conte intemporel qui ravira les amateurs du long-métrage d’Isao Takahata

Perfect Blue : Métamorphose d’une idole - La critique du roman

Un thriller horrifique, tout aussi outrancier que convenu, à ne conseiller qu’aux aficionados du cinéma de Satoshi Kon.