’Boo’Radley

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

68 films notés

69 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Soul kitchen - la critique

L’accueil du patron est toujours très affable et l’ambiance de copains habitués inspire confiance. Las ! La carte proposée ne dépasse pas le répertoire du genre et l’exécution du chef manque de précision (personnages peu croustillants, burlesque trop calorique, situations au goût de brûlé). L’addition est rude. Fatih Akin, multi toqué en d’autre occasions, n’a pour une fois pas trouvé la formule gagnante : sa poussive comédie laisse le spectateur sur sa faim, le gosier (...)

Lire la suite

L’arnacoeur - la critique

L’arnacoeur, c’est Romain Duris qui fait une inoubliable création dans un rôle qui lui permet d’exprimer toute la gamme de ses dons : constamment juste, drôle, étonnant de virtuosité, de charme. C’est la confirmation d’un grand comédien. A ses côtés, Vanessa Paradis est une partenaire idéale et les seconds rôles sont tous pittoresques. Une oeuvre joliment troussée qui retrouve la verve, le rythme échevelé, l’invention des comédies légères de Philippe de Broca et Jean-Paul (...)

Lire la suite

Harry Potter et le prince de sang-mêlé - la critique

L’épisode jusqu’ici le plus réussi de la saga Harry Potter, arborant un spectaculaire discret dans la lignée de l’épisode 5. Moins sombre que le récit de J.K. Rawlings, moins ample, c’est le film type d’un genre qui, par sa désinvolture et son humour, arrive à faire des poncifs qu’il cultive une sorte de qualité évidente et nécessaire. La verve dynamique du récit nous entraîne au fil de l’aventure sans que nous songions à résister à un rêve éveillé qui fait de chacun de nous un héros joyeux, invulnérable et (...)

Lire la suite

La horde - la critique

Situé dans le huis clos d’une HLM, un petit film d’horreur qui pompe à tous les étages. Le plus horrible est le message porté en soi, à peine subliminal, délibérément réactionnaire : les zombies comme solution finale pour nettoyer les cités de leur "racaille". Cela fait froid dans le dos. A part cela, du sang et de la violence...

Lire la suite

Amer - la critique

Concept hommage au giallo où sont repris les maniérismes qui firent la renommée de ses petits maîtres, Mario Bava et Dario Argento : constance d’un climat étrange, angles de vue tarabiscotés, surcharge musicale (placage de thèmes écrits par Bruno Nicolai, Morricone, Cipriani), utilisation sadique de l’arme blanche (scène impressionnante où la lame s’approche d’un oeil en très gros plan), délire baroque, débauche d’effets clinquants. Expérience sensorielle à laquelle les auteurs ont délibérément omis d’adjoindre une histoire, "Amer" ressemble trop à un film de fin d’études, certes brillant, pour convaincre (...)

Lire la suite