François Roque

J’écris mes humeurs de cinéphile qui ne va plus au cinéma au cause du bruit du pop-corn et surtout de la mort du 35 mm, mais qui se gave de dvd et Netflix. Et je ne me pignole pas (ou plus) dans mes articles, la lecture des « Cahiers du cinéma » dans les années 70/80 m’a cramé trop de neurones…

Sinon, j’ai écrit "125 ans de cinéma, 125 films", c’est là : www.facebook.com/125ansdecinema125films/

Enfin, je suis aussi là : https://twitter.com/imposture

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

2 films à voir

10 films vus

11 films notés

2 avis de film

TV

1 série TV à voir

19 SÉRIES TV vues

18 SÉRIES TV notées

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

1 musique notée

1 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Sorry to bother you - la critique du film

Séance rattrapage dvd hier soir. Si par moment l’interprétation et la réalisation faiblissent, l’ambiance générale assez déroutante, et les "délires" finaux employés pour appuyer le propos politique donnent à ce film un cachet exceptionnel, surtout pour une première réalisation truffée de clins d’œils (Michel Gondry, fallait oser !). Dans les bonus du dvd un entretien du réalisateur éclairant sur son process de travail…

Lire la suite

Les fils de l’homme - la critique du film

Film majeur du genre dystopique. Chef d’œuvre. C’es tout. (5 étoiles, le truc est encore bugué depuis le changement ;-)

Lire la suite

Supertramp : Breakfast in America - la critique de l’album

C’est hélas plus son succès qui le rend important que sa petite poignée de tubes qui montrent plus le début de la fin du groupe. La suite ne sera que déception, après le départ de Roger Hodgson. Le seul mérite de cet album aura été de faire connaître à un plus vaste public cet excellent groupe et surtout ses 3 albums précédents, très nettement au dessus, « Crime of the Century » (1974), « Crisis ? What Crisis ? » (1974) et « Even in the Quietest Moments… » (1977) avec sa dernière piste fleuve de 10 minutes « Fool’s Overture » ; tout Supertramp est dans ces 3 albums. Ce groupe aura eu un destin comparable à (...)

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Opération Brothers - la critique du film

Inspirée de faits réels, cette Opération Brothers, de facture bien conventionnelle, ne s’attarde que sur le volet action d’une opération à la fois simple, complexe et surtout plus tragique.

Kidnapping Stella - la critique du film

Remake Netflix d’un thriller anglais, ce kidnapping en huis clos maintient habilement le spectateur sous pression, sans autre prétention.

The Drug King - la critique du film

À force de trop chercher son style, entre Scorsese et De Palma, ce biopic d’un baron de la drogue opérant depuis le port de Busan nous empêche de plonger dans ses eaux troubles et nous laisse sur le quai… Dommage.

Beats - la critique du film

Ce deuxième long métrage de Chris Robinson, réalisateur émérite de clips et publicités, aurait probablement gagné a être plus sombre.

Gomorra : film charnière du genre mafia ? - la critique

À l’occasion de la diffusion depuis ce 24 juin de la saison 4 de la série Gomorra sur Canal +, retour sur le film éponyme, sorti il y a plus de 10 ans, une glaciale plongée dans la réalité du crime organisé, bien loin de Coppola et Scorsese.

Wu Assassins - la critique de la série

Empêtrés dans un pitch initial alambiqué de forces de la cosmologie chinoise, les scénaristes n’ont d’autre alternative que de s’appuyer sur des scènes de baston et une réalisation qui, épisodiquement, fait merveille, mais cantonnent ce Wu Assassins au simple rang de divertissement.

Sintonia - la critique de la série

Une sombre et courte série qui suit trois jeunes dans une des favelas de São Paulo et démarre en beauté… au climax du dernier épisode. À suivre, donc.

Dollar - la critique de la série

Une série originale Netflix libanaise, qui enchaîne des situations invraisemblables et rocambolesques. Mais on se surprend à en redemander…

Typewriter - la critique de la série

Sans opérer une révolution du genre - si tant est que cela soit encore possible - cette mini-série livre une histoire plutôt tordue en mêlant habilement ambiance teenager et moments d’angoisse pure.