Frédéric de Vençay

BD

0 BD à lire

0 BD lue

0 BD notée

0 avis de BD

FILMS

0 film à voir

0 film vu

113 films notés

118 avis de film

TV

0 série TV à voir

0 série TV vue

0 série TV notée

0 avis de série TV

LIVRE

0 livre à lire

0 livre lu

0 livre noté

0 avis de livre

MUSIQUE

0 musique à écouter

0 musique écoutée

0 musique notée

0 avis de musique

SPECTACLE

0 spectacle à voir

0 spectacle vu

0 spectacle noté

0 avis de spectacle

EXPOSITION

0 exposition à voir

0 exposition vue

0 exposition notée

0 avis d'exposition

A voir, à lire, à entendre

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Médiathèque

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Avis

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Super 8 - la critique

L’hommage spielbergien, des 80’s émerveillées ("E.T.", "Rencontres du troisième type") aux 2000’s inquiètes ("La Guerre des mondes"), fonctionne grâce à la mise en scène du master J.J. Abrams, d’une limpidité et d’une fluidité hors-pair. Côté scénario, si la conduite du récit est exemplaire et fait passer bien des invraisemblances (mais c’est aussi le charme de ce cinéma-là), le versant SF reste cependant trop peu imaginatif et trop peu exploité pour marquer durablement les esprits. "Super 8" marque davantage de points dans sa peinture de l’enfance triste, déboussolée et orpheline, doublée d’une bluette (...)

Lire la suite

Harry Potter et les Reliques de la Mort, 2ème partie - David Yates - critique

Moins surprenante que la première partie, qui sortait des canons pour délivrer une atmosphère authentiquement dépressive et délétère, cette "part 2" de l’ultime opus se contente d’égréner les péripéties de JK Rowling sans apporter grand-chose à la matière littéraire. La mise en scène de David Yates ayant (considérablement) gagné en ampleur et en maturité depuis l’atone "Ordre du Phoenix", le spectacle demeure de qualité, avec quelques superbes séquences volées (la construction du "dôme" au-dessus du château). Malgré d’évidentes carences de rythme, ces "Reliques de la mort" forment une plutôt bonne synthèse des (...)

Lire la suite

I’m still here (The lost year of Joaquin Phoenix) - la critique

Curieux et fascinant exercice de déconstruction-autoflagellation pour Joaquin Phoenix et Casey Affleck, qui dévoilent ici un regard sans pitié sur l’industrie du spectacle et ses revers. Informe, malpoli, crado (comme son protagoniste !), "I’m still here" désarçonne et surprend par ses parti-pris extrémistes. Hilarant, malaisant et pertinent, en attendant le grand retour du grand Joaquin sur nos écrans.

Lire la suite

X-Men, le commencement - la critique

Divertissement honnête, bien ficelé, à des encablures du cynisme d’un "Transformers". Matthew Vaughn, faiseur mi-brillant ("Layer Cake") mi-clinquant ("Kick-ass"), révèle ici un talent d’artisan plutôt convaincant. Le casting, d’une pertinence rare, est au top ; les personnages, quant à eux, sont malheureusement un peu sacrifiés sur l’autel d’un spectacle trépidant et foisonnant, plein à craquer, au risque de rester en surface. Sympa sans être génial : un bon compromis entre la tragique shakespearien du "Dark knight" et l’inconséquence débilitante des "Quatre (...)

Lire la suite

J’ai rencontré le diable (I saw the devil) - la critique

"I saw the devil" a en effet tout du film coup-de-poing et enchaîne les morceaux de bravoure avec un jusqu’au boutisme rare et une foi jamais démentie dans le cinéma. La mise en scène atmosphérique et esthétisante de Kim Jee-Woon est souvent sublime. L’ensemble est toutefois un peu trop long, souffre de baisses de rythme et verse parfois dans une complaisance un chouïa dérangeante. Le (très) grand film n’était pas loin.

Lire la suite

Ses articles

  • BD
  • FILMS
  • SÉRIES TV
  • LIVRE
  • MUSIQUE
  • SPECTACLE
  • EXPOSITION

Il était une fois la révolution - la critique

Faux western et vraie fresque historique et lyrique, Il était une fois la révolution est sans doute le film le plus sombre, le plus violent de Sergio Leone. Une puissance visuelle inouïe au service d’une vision désenchantée de la politique.

Pique-nique à Hanging Rock - Peter Weir - critique

Deuxième long-métrage et coup d’éclat précoce pour Peter Weir, qui s’approprie une histoire de fait divers pour atteindre des sommets de grâce et d’ambiguïté. Ensorcelant.

La cité de la peur, une comédie familiale - la critique

Paroxysme de la connerie joyeuse, le film culte de les Nuls reste toujours aussi drôle, même à la dixième vision. Jubilatoire.

Merci pour le chocolat - Claude Chabrol - critique

Faussement lisse, vraiment cruel, délicieusement ambigu : l’un des derniers (très) bons films de maître Chabrol.

Requiem for a dream - Darren Aronofsky - critique

Le film coup-de-poing par excellence, ou l’enfer des drogues vu par un œil virtuose et sans concessions. Une déflagration d’une puissance inouïe, qui laisse physiquement sur le carreau.

Lost : bilan de la saison 6

Décevante pour les uns, époustouflante pour les autres, déroutante pour tous, la dernière saison de Lost a assuré le spectacle, sans dévoiler toutes ses clés cependant...

Le mot de la fin pour Lost

La série phare créée par J.J. Abrahams est sur le point de dévoiler tous (?) ses mystères...