Critique

CINÉMA

Super 8 - la critique

Le 6 juillet 2014

Galerie photos

  • roger w 8 août 2011
    Super 8 - la critique

    Très bel hommage aux films de Spielberg des années 80, Super 8 marche à fond à grand coup de nostalgie. A mi-chemin entre les traumas de Stand by me et les aventures plus Club des cinq d’Explorers et de Goonies, le film d’Abrams a le mérite de prendre son temps et de conserver un certain mystère durant la totalité du métrage. Même si son happy end est peu crédible, on reste émerveillé par tant de savoir-faire.

  • Frédéric de Vençay 21 août 2011
    Super 8 - la critique

    L’hommage spielbergien, des 80’s émerveillées ("E.T.", "Rencontres du troisième type") aux 2000’s inquiètes ("La Guerre des mondes"), fonctionne grâce à la mise en scène du master J.J. Abrams, d’une limpidité et d’une fluidité hors-pair. Côté scénario, si la conduite du récit est exemplaire et fait passer bien des invraisemblances (mais c’est aussi le charme de ce cinéma-là), le versant SF reste cependant trop peu imaginatif et trop peu exploité pour marquer durablement les esprits. "Super 8" marque davantage de points dans sa peinture de l’enfance triste, déboussolée et orpheline, doublée d’une bluette adolescente d’une merveilleuse délicatesse.

  • Jujulcactus 21 septembre 2011
    Super 8 - la critique

    Quelle grosse surprise nous réserve J.J Abrams avec son « Super 8 », blockbuster détonnant qui cache sous son apparent classicisme une richesse incroyable. Gorgé de références aux oeuvres de Spielberg (« E.T » notamment), le réalisateur se joue de notre nostalgie sans jamais oublier d’y apporter un oeil neuf et novateur, un regard très jeune qui voit les adultes d’en bas et qui s’immisce au plus près émotions de son groupe d’ados. Jamais cul-cul, voire même carrément habile pour aborder l’amour, la peur ou le deuil, JJ Abrams, qui trouve toujours le ton juste, impressionne dans ce domaine. La première partie du film frise la perfection, on ri, on s’émeut, on tremble, tout ça avec un regard tendre posé sur une oeuvre empreinte d’une fascinante nostalgie, l’intrigue se faufile alors dangereusement comme un fantôme entre les personnages, invisible mais palpable, le mystère reste longtemps entier. Par la suite ce prodigieux « teen movie » de science fiction se transforme en film de monstre, plus classique et attendu mais assez efficace. On sent d’un bout à l’autre que le film traduit le cri de passion d’un homme envers le cinéma,à l’instar de ses personnages qui tentent de monter leur film de zombies, c’est génial ! Le groupe d’acteurs porte le film avec brio, une mention spéciale à la formidable Elle Fanning complètement dans son élément (déjà en haut de l’affiche avec « Somewhere » en début d’année). Grosse production sous forme d’hommage à un genre (la science fiction des années 80), elle cache sous ses ficelles de gros divertissement une sensibilité rare. Tour à tour spectaculaire, touchant, drôle et intrigant, « Super 8 » a tout du classique en devenir.

  • Jean-Patrick Géraud 25 septembre 2011
    Super 8 - la critique

    Plus encore qu’un hommage à Spielberg, Super 8 est un hymne émouvant à l’enfance et au pouvoir du cinéma. Les gamins y sont épatants de justesse, le scénario malin et ludique, l’usage des effets spéciaux parcimonieux. Abrams réalise une oeuvre profonde, où le septième art préserve de l’oubli et de la monstruosité abêtissante qui menacent le quotidien désenchanté des adultes.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?