Critique

LIVRE

American dirt - Jeanine Cummins - la critique du livre

Le 18 novembre 2020

Du Mexique aux Etats-Unis, un voyage plein de péripéties et de dangers pour raconter, avec une précision d’orfèvre, l’enfer traversé par les malheureux candidats à l’exil forcé.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

spip-slider
  • Kirzy 9 février 2021
    American dirt - Jeanine Cummins - la critique du livre

    En général, mes premières impressions post lecture sont « fiables » dans le sens où elles perdurent souvent, parfois s’affadissant un peu lorsque l’empreinte d’un livre, pas assez forte, s’estompe. Mais rarement je ne revois mon jugement initial. Cela a été le cas pour cet American dirt.
    Ce roman émotionnellement très fort raconte l’odyssée désespérée d’une mère et de son fils pour fuir le Mexique, après le massacre des seize membres de leur famille par un cartel, en intégrant la masse de migrants voulant passer clandestinement al Norte, aux Etats-Unis.
    Dès les premières pages, l’écriture incisive et précise de Jeannine Cummins happe le lecteur qui se dit qu’il met les pieds en terrain connu, celui des récits violents de gangsters et de narcotrafiquants sur fond de contexte mexicain décrit nettement ( assassinats massifs de journalistes, impunité des cartels, ultra violence de ces derniers, corruption généralisée ). Mais très rapidement, ce qui se dégage de ce roman, c’est l’empathie que l’auteur développe pour ses personnages qui traversent des souffrances inconcevables, pour ceux qui réussissent à surmonter des traumatismes inouïs dans l’espoir de se reconstruire ailleurs. C’est sans doute cette articulation entre course poursuite haletante et récit de l’intime qui est le plus réussie, d’autant plus que c’est l’angle féminin qui est choisie pour raconter ces caravanes de migrants latino-américains.
    Il n’y a rien de strictement politique dans le récit de Jeannine Cummins, juste une description complète et réaliste ( ou qu’on imagine tels ) du parcours de ces migrants clandestins. Elle fait le choix du souci moral et humanitaire en donnant des visages, ceux de Lydia, Soledad, Rebeca, Luca, à la masse anonyme des migrants, habituellement présentés comme des gens pauvres et impuissants mendiant à grands cris à nos portes ou comme une populace d’envahisseurs criminels selon les points de vue. Elle leur redonne une dignité en les montrant comme acteurs de leur vie capables de construire leur futur. Elle offre un temps d’arrêt au lecteur pour entendre ces voix, comme un pont entre des personnes aux vies radicalement différentes.
    Et c’est très fort de voir cette mère et ce fils se déguiser en migrants pour survivre aux sicaires des cartels envoyés à leur trousse, jusqu’à devenir des migrants à part entière s’accrochant au toit de la Bestia ( le train ), fuyant les brutalités de la migra et des milices antimigrants, rongés par la faim, l’insomnie, la paranoïa dans une terreur omniprésente, devant affronter les violences faites aux femmes comme la traversée du désert de la Sonora. On vit, on respire l’histoire de ces migrants fictifs qui semble si vraie, ses périls mais aussi la solidarité et l’héroïsme inattendu de personnes ordinaires. Tout est vibrant de mille émotions. En fait, Jeannine Cummins offre un temps d’arrêt au lecteur pour entendre ces voix qu’on n’entend jamais, elle offre d’autres subjectifs comme un acte d’urgence éthique pour dépasser les a priori sclérosants, comme un pont entre des personnes aux vies radicalement différentes. Les embardées poétiques et singulières des monologues intérieurs de la mère portent le récit au-delà même.
    J’ai refermé ce roman très enthousiaste, soufflée par la puissance émotionnelle qu’il a dégagée. Et puis quelques jours passant, quelques semaines après, j’ai un peu réévalué cette immédiateté fulgurante de l’émotion qui a dévoré voire confisqué une réflexion plus profonde.La ligne entre empathie et pitié, entre réalisme et voyeurisme est très fine. Elle est parfois à la limite d’être franchie malgré l’évidente sincérité de l’auteure. Je n’ai par exemple par compris le choix de monter une « bluette » sentimentale quasi de type romance entre Lydia et le chef mafieux. Au-delà de ce choix hasardeux et peu pertinent, le fait de démarrer le roman par un massacre, de choisir comme personnages principaux une mère et son fils menacés d’une mort atroce, confisque toute argumentation, aucun débat n’est possible, aucun chemin émotionnel autre que celui choisit par l’auteur n’est possible. J’ai encore du mal à me situer par rapport à ce roman qui me met quelque peu mal à l’aise.
    PS : A noter qu’aux Etats-Unis, ce roman a eu un énorme succès. Il a également fait rebondir les polémiques récentes sur l’appropriation culturelle, certains refusant à l’auteure sa légitimité à parler des migrants, car elle est blanche et non latino-américaine ( elle a « seulement » une grand-mère portoricaine ), polémiques que je trouve injustes au vu de la qualité du travail de documentation de l’auteure.

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.