Critique

CINÉMA

La solitude des nombres premiers - La critique

Sans issue

Le 24 février 2015

Plongée sombre dans la solitude humaine... Une oeuvre aride mais profondément touchante.

Galerie photos

© Le Pacte
© Le Pacte
© Le Pacte
© Le Pacte
© Le Pacte
© Le Pacte

Le choix du rédacteur

  • Frédéric de Vençay 25 juin 2011
    La solitude des nombres premiers - La critique

    Baroque, audacieux, en mouvement, le néo cinéma italien compte parmi les plus passionnants de la planète. Après Guadagnino ("Amore"), Sorrentino ("Il divo") et surtout Marco Bellochio (le sublime "Vincere"), voici Constanzo qui adapte un roman adulé en éclatant sa structure et ses codes. L’atmosphère de film noir et les références incessantes à Dario Argento s’avèrent paradoxalement idéales pour disséquer un poignant malaise adolescent. Dommage que l’ensemble soit un peu inégal, entre un monumental pic d’intensité en milieu de métrage et un dénouement qui traîne la patte.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?