Critique

CINÉMA

The Tree of life - la critique

Le 1er septembre 2018

Galerie Photos

  • evil_owl 17 mai 2011
    The Tree of life - la critique

    Un brun déroutant tout de même ce film. Si l’on croit à l’honnêteté intellectuelle du réalisateur dans son propos, on serait presque prêt à l’encenser, tout en connaissant très bien la critique négative que l’on pourrait lui adresser. Un brun grandiloquent, parfois proche, voire très proche, de la pataphysique, Malick nous livre sa vision personnelle du monde, de la vie. A vivre, à ressentir, à écouter. Le silence et le bruissement de la vie n’auront jamais été aussi beaux à voir ! Et puis, la notion de flash back prend une dimension inconnue avec ce film.

  • roger w 23 mai 2011
    The Tree of life - la critique

    Le Malick nouveau est arrivé et le sieur nous fait du... Malick. Ceux qui, comme moi, sont un peu allergiques aux élucubrations mystico-religieuses du bonhomme risquent une fois de plus de s’emmerder ferme. C’est beau, magnifiquement réalisé, mais le discours est toujours aussi barbant. Mon Dieu que c’est chiant.

  • Frédéric de Vençay 25 juin 2011
    The Tree of life - la critique

    Opéra stellaire et chronique familiale pour le nouveau Malick, qui à la fois déconcerte et nous donne ce qu’on attendait : un grand film sensoriel et mémoriel en quête de mysticisme. La mystification rôde parfois dans la voix-off et les images, l’ennui n’est pas absent... Cependant, la Palme 2011 (méritée) dégage une telle grâce, une telle poésie et une telle puissance qu’elle atteint sans problème l’idéal de cinéma délirant qu’elle s’était fixée. A voir, à revoir et à méditer, pour une oeuvre dont on se souviendra certainement dans les vingt ou trente prochaines années.

  • Jujulcactus 30 juillet 2011
    The Tree of life - la critique

    Précédé d’une attente énorme, puis alimenté par la palme d’or reçue au festival de Cannes, « The tree of life » sentait le chef d’œuvre mais l’odeur était trompeuse.. Il est toutefois indéniable que le mise en scène est somptueuse, Terrence Malick a un très beau sens du cadre et de l’image, son casting est sans faille et révèle la superbe Jessica Chastain. Le réalisateur construit une ambiance singulière, assez expérimentale et se permet de faire émerger quelques très belles séquences en milieu de film où la tension familiale est très bien rendue. Mais voilà ces quelques passages sont noyés dans une mixture plombante faite d’une musique religieuse lourde et omniprésente, d’une accumulation de fonds d’écran, et d’un manque cruel de dialogue et de vie. Très artificiel, sa longueur et sa lenteur assomme le spectateur qui assiste impuissant à une bande annonce qui ne s’arrête jamais et dont il espère secrètement la fin... Éblouissante de prime a bord, la mise en scène lasse car très répétitive dans son excès de zooms, de plongées, le soleil perce chacune des images... Si c’est souvent très beau (et agaçant sur la fin), l’aspect esthétique semble avoir primer sur le fond. L’assemblage des séquences manque de cohérence et le propos du réalisateur n’est pas toujours bien clair, si tenté qu’il y en ait un... On passera sur certaines scènes grotesques ou le nom d’un acteur à peine secondaire sur l’affiche pour faire plus vendeur (Sean Penn)... « The tree of life » est un film des plus atypiques mais qui ne s’assume pas complétement, se cachant derrière une bande annonce trompeuse et un casting de haute volée : un essai artistique mais tellement maniéré et prétentieux qu’il en deviens à peine supportable.

  • Jean-Patrick Géraud 9 septembre 2011
    The Tree of life - la critique

    L’arbre de vie est un arbre sauvage, irréductible à un traitement filmique ordinaire. C’est ce que l’on retiendra du film de Malick qui apparaît, à bien des égards, comme une oeuvre difficile à appréhender, tant son désir d’expérimentation formelle contraste avec un discours religieux dont on comprend qu’il ait pu soulever quelques réserves. Passées ces réticences, il faut néanmoins rendre justice à la beauté des plans, à la richesse narrative de l’ensemble, à l’impression d’harmonie qui s’en dégage. Une oeuvre imparfaite, décevante, mais porteuse d’une singulière beauté.

  • JIPI 18 avril 2012
    The Tree of life - la critique

    Le parcours de cette œuvre est éprouvant, insupportable mais cet édifice bourré de symbolisme et de messages secrets parvient à rester à flots grâce à une partition musicale sublime accompagnée d’un catalogue sompteux d’images élaborées dont chaque composant est extrêmement recherché et travaillé le tout fournissant à tout moment un esthétisme magnifique l’emportant sur un scénario simple et sans saveur dont de nombreuses incompréhensions demeurent la propriété d’un décodeur à définir.

    Elles sont sublimes ces photos d’un univers flamboyant et mécanisé. L’inlassable traversée du Soleil par Mercure démontre parfaitement l’endurance et l’adaptation d’un organisme vivant devant la répétition de ses procédures loin de ce petit point terrestre des années cinquante thématique, tristounet moulé dans l’enferment religieux et l’éthique sévère.

    Un contexte familial austère et brutal traumatisant des enfants par la contrainte de réussir ceci les obligeants à se ressourcer en secret.

    Quel peut bien être le logiciel de décodage de ce documentaire luxueux d’une lenteur à faire pâlir la tortue de la fable ne manquant pas de scènes inutiles sauvé par la beauté d’un cosmos calme ou en ébullition ou d’une nature effervescente et répétitive n’ayant nullement besoin du verset biblique ou d’une domination intéressée pour se manager au quotidien.

    S’agit-il d’une arnaque notoire consistant à fabriquer un travail récupérateur lourdement chargé ou bien l’offrande de réelles interrogations dans une grandiose symphonie visuelle montrant un univers ou un espace naturel libre et sans raison en opposition avec les limites d’une morale démesurée ne parvenant qu’a faire douter ou à détruire .

  • Terrence Baelen 12 juillet 2013
    The Tree of life - la critique

    The Tree of Life est peut-être le film le plus aboutit de Terrence Malick, qui nous offre ici une œuvre sensorielle par laquelle il est nécessaire de se faire aspirer. On soupçonne également un film très personnel, dans lequel le réalisateur se pose les questions le hantant depuis toujours. L’amour, la mort, la vie, la spiritualité. The Tree of Life est un peu un résumé de l’existence terrestre.

Votre avis

Votre note :
11 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?