Critique

CINÉMA

Sur la route de Compostelle - la critique du film

Le 22 février 2020

Si le sujet a été maintes fois évoqué sur les écrans, le film s’attache à retracer le parcours spirituel de seniors, en quête de renouveau existentiel. Un point de vue intéressant, dont la forme cinématographique, assez classique, parvient à rendre compte du parcours émotionnel et spirituel des marcheurs.

Galerie Photos

  • andre casseron 23 août 2020
    Sur la route de Compostelle - la critique du film

    Un film plein d’humanité qui fait écho en chacun de nous dans l’émotion et la sympathie.
    La qualité des images, la richesse du montage et l’accompagnement subtil de la musique font de ce film un chef d’œuvre.
    Ce film nous invite à un autre regard sur ce chemin que nous avons parcouru les uns et les autres,
    ou que nous projetons d’accomplir.
    La thématique de ce long documentaire nous suggère une lecture à plusieurs niveaux, pour dégager
    largement le message que nous livrent Noël Smyth et Fergus Grady, ces deux jeunes réalisateurs
    néo-zélandais.
    « La bonne direction, c’est celle qui vous permet de continuer à marcher ! » Ce préambule qui
    s’affiche à nos yeux, donne le ton et est complété par les propos du « prêtre-religieux » ; celui-ci
    donne le sens et la motivation de la marche : Où allons-nous et pourquoi nous nous mettons en
    chemin ? Ce chemin est comme le chemin de la Vie, avec ses hauts et ses bas, ses montées et ses
    descentes. Il est chemin de vie.
    Il faut regarder les 1ères images de ces marcheurs qui déambulent en file « indienne » – ombres sur
    le mur de maisons aux pierres sèches et aux portes closes –, et les mettre en lien avec celles de la
    dernière séquence ; ils arrivent de tous les chemins, dans un paysage luxuriant, les uns à côté des
    autres et se dirigent vers le but qu’ils s’étaient fixé : Santiago ! Ils sont partis vers une destination
    lointaine que nous montrent ces magnifiques « premiers plans », large horizon au soleil levant ; et
    ils retrouveront cette place de Santiago inondée de soleil et d’amitié dans les embrassades. Que s’est-il passé ?
    Cette longue marche se décline en trois étapes comme le dira l’un de nos marcheurs : celle de l’épreuve, celle de l’intériorité et celle du spirituel. Elle est connaissance de soi et de ses capacités physiques, elle est période de recherche dans la rencontre avec les autres (il est difficile d’en faire l’économie) - ceux qui marchent à côté de moi, et elle est ce temps d’élévation pour trouver un sens au chemin qu’il me reste à vivre.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.