Critique

LIVRE

L’autre moitié de soi - Brit Bennett - critique du livre

Le 14 septembre 2020

Brit Bennett signe un livre touchant sur l’identité, tout en évoquant avec finesse et justesse l’histoire raciale américaine depuis 1968. Ce roman fait partie de la sélection du prix Médicis étranger et du Grand Prix des Lectrices de Elle.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

Crédits : Autrement
  • Kirzy 9 février 2021
    L’autre moitié de soi - Brit Bennett - critique du livre

    Les trois chapitres ( « les jumelles disparues », « cartes », « lignes de coeur » ) sont éblouissants, convoquant l’esprit de la grande Toni Morrison avec une voix d’auteur douce et compatissante pour les failles de ses héroïnes, embrassant avec fermeté et acuité toute la complexité de la quête d’identité et de la transmission brutale du racisme, mais aussi des merveilles de l’amour.
    Dès les premières lignes, on est embarqué dans cette saga familiale multigénérationnelle. Superbe idée que d’inscrire la lignée des soeurs jumelles Vignes dans la ville fictive de Mallard ( Louisiane ), un lieu exclusif pour les Noirs à la peau claire qui pourtant, n’a pas sauvé leur père ( la tragédie initiale, il a été atrocement lynché sous leurs yeux ), n’a pas sauvé leur mère, déclassée, obligée de faire des ménages pour des Blancs ), annonçant une vie restreinte pour les jumelles alors que Stella rêve d’études universitaires scientifiques et Desiree de théâtre. Elles s’enfuient à 16 ans pour New-Orleans jusque ce que Stella abandonne sa soeur, définitivement.
    La construction, alternant passé, présent, permet d’embrasser toutes les problématiques du prix à payer pour être soi-même, chacune négociant le présent tout en repoussant le passé. C’est absolument passionnant , très addictif aussi, de découvrir pas à pas les conséquences imprévues de choix forts qui changent la vie, on mesure parfaitement ce que Desiree et Stella ont perdu en fuyant, ce qu’elles ont gagné, ce qui reste, et ces blessures du passé qui ne disparaissent jamais.
    J’ai été moins convaincue par la deuxième moitié qui est plus centrée sur les filles des jumelles, deux cousines du même âge, des opposés polaires ( Kennedy la blonde superficielle et gâtée, Jude la très noire timide et pragmatique ). L’ajout de personnages comme le petit-ami de Jude, s’il permet d’ouvrir sur une autre quête d’identité que celle de la couleur de peau, surcharge le discours. Surtout, j’ai trouvé les personnages finalement très linéaires, chacun dans le rôle que l’auteure leur a distribué et n’en bougeant pas.
    Mais il y a Stella. Si celui de Jude est le plus attachant ( magnifiques passages sur son enfance difficile de noire à peau très noire dans une ville d’Afro-américains à peau très claire qui exhibe leur blancheur avec une arrogance dingue ) , celui de Stella est captivant. C’est celle qui ose la transgression ultime au temps de la ségrégation : se faire passer pour une blanche. Cette thématique du « passage racial » est abordée de façon très originale : que se passe-t-il si le personnage usurpateur n’est jamais découvert et ne se repent jamais ? Une scène est notamment très marquante, douloureuse : le cri de Stella qui s’oppose violemment à l’arrivée d’une famille noire dans son quartier blanc huppé, de peur que son mensonge ne soit révélé et qu’on ne découvre qu’elle n’est pas celle qu’elle prétend. A force de se dire blanche, elle l’est comme devenue.
    Malgré quelques réserves qui nuance l’accueil dithyrambique de la plupart des lecteurs, ce roman est très fort et excelle à évoquer les silences, les secrets de famille tout en abordant avec justesse l’identité afro-américaine explorée sous de multiples perspectives.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.