Critique

CINÉMA

Philippe Garrel, en substance - Le livre de Philippe Azoury

Blancheur d’appel

Le 24 mars 2013

Un essai passionnant qui épouse le mouvement d’une oeuvre climatologique centrée sur les visages, le manque, le temps anachronique, où "l’image se vit comme le début d’une matière, le commencement d’une couleur".

Galerie photos

Elle a passé tant d'heures sous les sunlights (Garrel 1984)
Elle a passé tant d’heures sous les sunlights (Garrel 1984)
L'enfant secret (Garrel 1979)
L’enfant secret (Garrel 1979)

Votre avis

Votre note :
0 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?