Critique

CINÉMA

Anton Tchékhov 1890 - René Féret - critique

Troisième personne

Le 19 avril 2020

Féret fait entrer tout naturellement Tchékhov dans son cinema familial et autobiographique, installant une proximité sans se complaire dans l’émotion facile, affrontant le drame tout en maintenant une forme de distance sereine, souriante.

Galerie Photos

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?