Critique

LIVRE

Décomposée - Clémentine Beauvais - critique du livre

Le 10 mai 2021

Si les morts pouvaient parler, quelle histoire nous raconteraient-ils ? Un livre très réussi, qui associe la narration classique d’un roman aux élans lyriques de la poésie.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

@L'Iconoclaste
@L’Iconoclaste

Le choix du rédacteur

  • Kirzy 22 juin 2021
    Décomposée - Clémentine Beauvais - critique du livre

    Lorsque j’ai été percutée par la beauté des Fleurs du Mal au lycée, La Charogne est le poème du recueil qui m’a le plus fascinée, sidérant de violence inattendue dans les mots d’un poète qui,s’adressant à son amante, lui prédit d’être une jour, elle aussi, mangée par une vermine qui la couvrira de baisers.

    Dans ce roman en vers libres, absolument éblouissant, Clémentine Beauvais, donne une voix à la charogne, incarnée sous les traits de Grâce. Elle raconte sa vie à Jeanne Duval, la muse de Baudelaire, lorsque celle-ci rencontre sa carcasse pourrissant au détour d’un sentier. L’auteure s’empare du duo Grâce – Jeanne avec une liberté formelle vivifiante. le récit de poésie narrative ne s’enferre jamais dans un genre, rebondit dans plusieurs. Un anti-sclérose littéraire, tour à tour poétique, théâtral, sociétal, graphique, porté par une écriture savoureuse, à la fois lyrique et crue, narquoise et puissante. le travail sur la langue est remarquable, emplie de sensations, d’images, jouant sur le placement des mots sur la page sans que cela ne sente la pause ou la facilité.

    Le texte, découpé en lieux ( « détour d’un sentier », « montagne », « ravin », « tout un monde lointain », « rue de la femme sans tête » etc ), choisit de mettre Baudelaire en retrait pour placer sous la lumière les deux femmes, Grâce et Jeanne. Superbe choix, politique, féministe, qui accouche d’une réflexion très générale sur la condition féminine.

    On est très loin des muses du XIXème siècle à l’image figée par le regard masculin des grands artistes. le destin tragique de Grâce, couturière, prostituée, chirurgienne d’instinct, avorteuse puis tueuse, embrasse son désir d’émancipation et les difficultés auxquelles se heurte sa condition sociale défavorisée. Elle évolue avec les conditions de liberté qui lui sont données, minimales. le corps féminin est au coeur de ses tensions, jusqu’à sa putréfaction impudique, au détour d’un chantier.

    Pour autant, jamais Clémentine Beauvais ne tombe dans le manichéisme et présente ses personnages féminins avec toutes leurs intrications contradictoires, leur violence aussi. La sororité, elle-même, n’est pas glorifiée comme une utopie souriante mais décrite dans sa complexité, les femmes sachant se faire les bourreaux de leurs consoeurs lorsqu’il faut rentrer dans la norme.

    Cette revisite audacieuse, créative et originale du poème de Baudelaire m’a immédiatement plu, dès les premières pages qui m’ont bousculée et touchée , parlant aussi bien à l’intellect qu’au coeur. Réjouissant !

    Ps : ce texte est le sixième publié par la collection Iconop ( dirigée par Cécile Coulon et Alexandre Bord ), projet littéraire fort excitant des éditions L’Iconoclaste mettant à l’honneur d’une poésie contemporaine sans entrave.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.