Critique

CINÉMA

La vérité - la critique du film de Kore-eda

Le 23 décembre 2019

Un film comme une révérence testamentaire au talent immense de Deneuve et de Binoche, dans un Paris lunaire, dandy et automnal.

Galerie Photos

  • Jean-François Palomeras 3 février 2020
    La vérité - la critique du film de Kore-eda

    Une dimension du film n’apparaît pas dans votre critique : le soupçon du crime. Fabienne semble prête à tout pour poursuivre sa carrière et rester l’unique star. Jusqu’au crime ? Que s’est-il réellement passé avec Sarah ? Tout le long du film, on essaiera de comprendre cette relation ambiguë. Sarah, meilleure actrice ? Peut-être. Sarah, meilleure maman ? Certainement. Sa disparition est-elle accidentelle ou bien est-ce un suicide ? ou encore une manipulation psychologique de Fabienne ? Il semble bien que la "sorcière" a encore frappé. Derrière la vie de château menace la Prison.
    Fabienne a un regret. Qu’aurait-elle souhaité aux portes du Paradis ? La question posée au début du film revient à la toute fin. Fabienne n’y répond pas. Cependant, la star opère une pirouette, gros plan sur le chignon blond… une spirale. Vertige. "Vertigo" le film du grand maître du suspens adorateur de stars blondes. Des allusions au film d’Hitchcock : le chignon de Kim Novak, le faux suicide de Sarah, la robe essayée par Manon (double troublant de Sarah). Le film n’est pas si gentil que ça. Je me suis posé aussi une question à la fin : que serait devenue la relation entre les deux soeurs, Catherine et "Framboise" comme la surnommait Truffaut, s’il n’y avait pas eu ce terrible accident de voiture en 1967 ?

Votre avis

Votre note :
4 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?