Critique

CINÉMA

2046 - La critique

La somme de toutes les amours

Le 27 août 2008

Film-somme superbe, à la fois maudit, attendu, fantasmé, frustrant, beau, sensuel. Brillant mais factice.

Galerie photos

spip-bandeau
  • Jeds 6 avril 2005
    2046 - La critique

    a Bande Originale de ce film est merveilleuse, elle emporte le spectateur dans un autre monde.

    Les acteurs sont excellents !! Et je donnerais une mention spéciale à Faye Wong qui incarne un droïde d’un charme fou....

    Il y a des plans magnifiques dans ce film... wow

    Je suis pas particulièrement fan de Wong Kar Wai, mais là, ce mec, il m’a donné envie de faire un film de robots... Alors ke son film n’est pas un film de science fiction puisk’il se passe dans les années 60’ à Hong Kong !!!

  • kiwi51 10 août 2006
    2046 - La critique

    Staircase

    2046 n’est pas un film facile à emboîter, pas un film facile à encaisser dans la mesure où la structure temporelle n’a aucune issue. Admirable histoire de passion fusionnelle entre un écrivain et une femme de mauvaise vie (interprétée par une Zhang Ziyi proprement hallucinante de beauté) dont les relations tumultueuses qu’ils entretiennent les poussent à s’aimer et se haïr dans tous les cas.

    A la structure lente, quasi ténébreuse, 2046 n’a de 2046 que le nom, dans la mesure où 80% du film se déroule dans les années 60, plus particulièrement entre 1968 et 1969. Un formidable jeu de gosse avec pour élément central le plaisir et l’amour (thème récurrent chez WKW). Les deux "colocataires" d’un vieil immeuble ostentatoire se cherchent, jouent jusqu’à tomber amoureux l’un de l’autre. Entre l’écriture de quelques lignes de son roman porno (il préfère les romans pornos, plus simples à écrire qu’un roman de sabre dit-il) Chow imagine une ville, une cité, même une époque totalement imaginaire, où les individus pourraient se retrouver : En 2046. A partir de là, ce métrage archi conceptuel prend une forme de produit purement expérimental où WKW pourrait laisser libre cours à son imagination la plus fantasque.

    Les personnages féminins, d’une grâce presque troublante s’avèrent être magnifiées telle une sculpture que l’on scruterait jusque dans les moindres détails pour en extraire la pépite la plus sulfureuse. Ainsi, Zhang Ziyi nous décroche la mâchoire à plusieurs reprises de part sa sensualité et son charme divins. La courte apparition de Maggie Cheung se suffit à elle seule tant elle dégage un pouvoir surréaliste, une classe, un respect tel qu’on ne dit mot en la voyant. De même que l’aura mystérieuse se dégageant des androïdes féminins, même machine on peut y déceler le moindre soucis, le moindre désarroi de vivre constamment dans le train en direction de 2046.

    Le film de WKW n’est pas un simple film comme les autres, c’est aussi une étrange et étonnante fusion entre l’image et la -formidable- musique. Ainsi, la réalisation pleine de raffinement titille la rétine plus d’une fois en jouant constamment avec les ombres, les silhouettes et même les couleurs, les textures (omniprésence du bois époque 68, contrastant fortement avec le métal et les néons du train pour 2046). L’utilisation excessive de la baisse d’image par seconde pourra rebuter au premier abord, mais on s’y fait vite, précisant quand a lieu le point de vue omniscient accompagné d’une voix off, celle de Chow, écrivain. Certes il écrit, joue aussi, mais il voit. Cependant, le récit est intriguant, mystérieux, presque pudique, comme si WKW ne voulait trop en dire. C’est ainsi que, paradoxalement, 2046 passe le plus clair de son temps à évoquer, narrer et décrire cette époque ancrée dans la fin des années 60.

    Bref, des acteurs et actrices parfaits, des décors sobrement mis en valeur, une mise en scène soignée et impeccable et une bande sonore des plus réussies m’ont fait passer 2 heures très agréables malgré une histoire qui a un peu de mal à démarrer.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.