Critique

LIVRE

Apeirogon - Colum McCann - critique du livre

Le 5 septembre 2020

Ce livre inclassable et extrêmement complexe raconte le conflit israélo-palestinien d’une manière poignante et labyrinthique avec, pour point de départ, le deuil de deux hommes.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

Crédits : Belfond
  • Kirzy 13 février 2021
    Apeirogon - Colum McCann - critique du livre

    Quelques kilomètres à peine séparent les deux personnages qui sont au coeur de ce récit kaléidoscopique. Cela pourrait bien en être 1000. Rami est israélien. Bassam palestinien. Deux frères de chagrin, unis par le destin. Pères en deuil, ils ont perdu leurs filles, l’une abattue par un soldat israélien de 18 ans, l’autre tuée lors d’un attentat-suicide commis par trois jeunes kamikazes palestiniens. Rami Elhanan et Bassam Aramin existent, ce ne sont pas des personnages de fiction. Deux amis inattendus, militants au sein des Combattants pour la paix qui oeuvre pour une coexistence pacifique israélo-palestinienne, envers et contre tout, parcourant ensemble le monde entier pour porter leur message, envers et contre tous.

    Ceux qui ont lu les romans précédents romans connaissent le don de narration de Colum McCann. Apeirogon n’offre pas la satisfaction habituelle d’un roman arborant une trame classique ample et linéaire. C’est un livre étrange, hybride qui surprend d’emblée. L’auteur y explore le conflit sans fin entre Israël et la Palestine en échappant à toute catégorisation.

    Le récit est explosé en 1001 sections narratives qui se baladent librement dans le temps et l’espace, numérotées de 1 à 500 puis de 500 à 1 avec un pont, la double section 500. On y découvre le parcours de Rami et Bassam , mais aussi bien d’autres choses sur la vie au Proche-Orient, sur la vie tout court avec des digressions disparates ( les oiseaux migrateurs, le dernier repas de François Mitterrand, des explications balistiques, les performances musicales à Theresienstadt, des apartés sur Borgès … ).

    La connecxion entre ces fragments est parfois très hermétique, très intellectualisé ou demandant un gros effort intellectuel. On est clairement dans l’exercice de style et parfois, j’ai lu vite certains de ces à-côté pour me recentrer sur l’histoire de Bassam et Rami, mais lorsque je suis arrivée à la double section centrale 500, j’ai compris. Comme un uppercut, comme une grenade émotionnelle, les récits à la première personne de Rami et Bassam. L’écrivain Colum McCann disparaît avec ses extraits d’interviews donnés par les deux hommes.

    Cette section centrale est d’une force inouïe, elle légitime la démarche de l’auteur en faisant écho à tout ce qui a précédé et tout ce qui va suivre. Sa constellation de mots patiemment construite est un formidable moteur d’empathie. On referme le livre en ayant habité l’intériorité d’êtres humains qui ne sont pas nous. Au-delà de la compréhension de la douleur de Rami et Bassam, on ressent ce qu’ils ont ressenti, de la colère au pardon, de la volonté d’anéantir l’Autre au besoin de tenir sa main, jusqu’à devenir son ami. Certains passages sont inoubliables : les portraits des filles assassinées faits de mille détails du quotidien, le récit des 7 années de Bassam dans les geôles israéliennes, sa transformation lorsqu’il découvre la réalité de la Shoah puis l’étudie.

    Un apeirogon est un polygone au nombre infini de côtés. Il ne pouvait y avoir meilleur titre pour ce roman ambitieux, nuancé et sensible qui dit la réalité complexe multi-facettes du conflit israélo-palestinien avec une puissance de frappe remarquable. Marquant et impressionnant.

Votre avis

Votre note :
4 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.