Critique

CINÉMA

Au pan coupé

Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve

Le 10 mai 2008

Une fable sombre et pessimiste hantée par le mal de vivre, portée magistralement à l’écran par Macha Méril et Patrick Jouané.

Votre avis

Votre note :
0 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?