Critique

CINÉMA

Before Midnight - la critique

Le 25 juin 2013

Une comédie douce-amère sur la déliquescence des choses, prévisible de bout en bout mais merveilleusement servie par ses dialogues et ses comédiens

Galerie Photos

Le choix du rédacteur

  • roger w 30 juin 2013
    Before Midnight - la critique

    Film de couple en déliquescence, Before midnight ne retrouve que partiellement le charme du deuxième volet (de loin le plus réussi). Si l’on aime beaucoup la première partie et ses dialogues ciselés, la seconde, qui fait place à l’amertume et au deuil d’un amour est un peu plus saoulante par l’enchaînement d’engueulades entre les deux personnages principaux que l’on aimait amoureux et non minés par le quotidien. L’ensemble demeure de très bonne tenue, mais la durée est sans doute un brin excessive.

  • Lui de Go with the Blog 1er juillet 2013
    Before Midnight - la critique

    Céline est française et Jesse est américain, ils sont en couple depuis plus de dix ans maintenant, et ont deux merveilleuses jumelles aux cheveux blonds comme leur mère. Invités par des amis, ils passent quelques jours sur une île grecque. Dans ce décor idyllique, leurs amis leurs offrent une nuit dans un hôtel de charme, seuls sans les enfants, afin de savourer un moment romantique à deux. Mais ce soir-là, au fil des conversations et des confidences entre Céline et Jesse, les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu.
    BEFORE MIDNIGHT entraîne le couple dans les méandres des interrogations liées à la quarantaine et à la vie de couple qui doit passer la dure épreuve des années et de la passion qui s’effrite.

    La suite sur notre Blog : http://gowith-theblog.com/before-midnight/

  • Frédéric Mignard 7 novembre 2013
    Before Midnight - la critique

    Richard Linklater perpétue l’étude du couple qui fait la force de la carrière de Julie Delpy, avec panache et virtuosité.

  • rawi 9 novembre 2013
    Before Midnight - la critique

    Quand on grandit, évolue avec des personnages, ce n’est jamais évident de se retrouver. l’angoisse, l’appréhension...
    Et ça s’accompagne très souvent d’une sévère remise en question sur sa vie, son parcours.
    Le cas unique de nos amis Julie/Céline, Ethan/Jesse et Richard L. ne déroge pas à la règle. On se demande ce qu’on va bien pouvoir se raconter, si on va avoir quelque chose à se dire.
    Truffaut (le seul exemple dans l’histoire du cinéma) avait regardé grandir son alter ego Antoine Doinel, qu’on observe grandir, quitter l’insouciance des jeunes années.
    L’universalité du propos et de la thématique fait que si on a un œil bienveillant sur les participants au projet on ne peut que s’y retrouver.
    La valeur de l’œuvre du trio magique réside en sa rareté et en sa qualité. Si ce genre de "série" n’est pas légion c’est que plusieurs contraintes entrent en jeu. Les acteurs seront-ils disponibles. Le scénario sera-t-il à la hauteur ?
    Or là, la complicité palpable entre Julie et Ethan a servi de caution à la qualité du projet.
    Ils s’"aiment", se connaissent par cœur depuis 18 ans et ça se sent.
    S’ils s’étaient perdus de vue depuis 9 ans, et que le film ne soit qu’un prétexte, la magie n’aurait pas opérée une nouvelle fois.
    Tout ça pour dire que ce film m’a bouleversée, fait rire réfléchir, pleurer.
    Un vrai grand moment de bonheur que ces retrouvailles.
    Je repense à certaines scènes qui m’ont marquée. La façon dont Julie/Céline provoque pour masquer son angoisse. Elle cherche à foutre en l’air un amour avant de ne le perdre.
    Les seins de Julie D. atout de séduction, jeu de plaisir et d’amour deviennent une arme de destruction massive.
    En assistant à CE moment M de leur vie, on a envie de vivre encore plus près des gens qu’on aime. Les années ont mis de la distance entre leurs corps et leurs âmes mais la complicité n’est pas loin. Cela est parfaitement rendu dans la scène de l’hôtel. Les corps sont on ne peut plus proches, prêts à se laisser aller et là, d’un coup le distance (pas simplement physique) s’installe. Pourtant, la magie est là !
    On peut y voir un film sur le désenchantement, la mort de la passion, moi, j’y vois un film qui montre qu’il ne faut pas cesser d’espérer, de se battre pour ce à quoi on croit et pour ce(ux) qu’on aime. Quand dans un couple l’un capitule, l’autre doit être là pour prendre le relais et se battre pour le sauver, soutenir l’autre malgré lui dans les pires moments pour dépasser la crise et s’en sortir plus forts.
    Un film rare !

Votre avis

Votre note :
4 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?