Critique

LIVRE

Cinq dans tes yeux - Hadrien Bels - critique du livre

Le 13 septembre 2020

A travers ce très beau premier roman, Hardien Bels raconte l’histoire de Stress, un jeune trentenaire désabusé, qui a grandi dans un quartier marseillais et refuse sa gentrification.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires
  • Kirzy 9 février 2021
    Cinq dans tes yeux - Hadrien Bels - critique du livre

    C’est l’histoire d’un quartier marseillais ultra populaire, là, juste derrière le Vieux-Port, le Panier avec ses logements insalubres et ses ruelles étroites, porte d’entrée de la population immigrée depuis la seconde moitié du XIXème siècle, italienne, corse, maghrébine, comorienne. C’est une histoire d’amitié née dans les années 90 et qui se délite à mesure de la gentrification du quartier, sa réhabilitation avec le projet Euroméditerranée en chassant les plus pauvres vers les périphéries et les quartiers Nord.

    Il n’y a pas vraiment d’intrigue à proprement parler avec un scénario cause / conséquences tout tracé et des actions factuelles. Fait d’une succession de scènes, le récit est une déambulation sentimentale dans le Marseille des années 1990 et d’aujourd’hui vu au travers du regard du narrateur, Stress ,« figure rose » de la bande multiethnique, le seul Blanc atterri au Panier par le militantisme d’une mère puissante ( formidable personnage ). Sa narration alterne passé ( années 90 donc ) et présent où il végète à l’aube de la quarantaine, artiste un peu looser, un peu branlos aussi, tentant de retrouver le parfum de son adolescence aux côtés de Ichem, Kassim, Djamel et Ange.

    On s’amuse beaucoup avec Hadrien Bels, mais jamais aux dépens de quelqu’un, sa plume est trempée à la tendresse humaine, jamais au cynisme facile, juste acide ce qu’il faut quand il le faut. Son écriture rafraichit, emplie d’une oralité vive qui explose dans des dialogues savoureux. Souvent hybride, inventive et insolente, la langue sonne vrai, sous influence méditerranéenne, mâtinée de rap et de raï, avec des punchlines réjouissantes qui donnent envie de lire le roman à voix haute.

    Le récit avance avec le sourire, avec cependant un petit ventre creux vers le milieu et une sensation de répétitions un peu trop présente parfois. Mais dans le dernier tiers, les mots se font plus nostalgiques, l’auteur a grandi et le difficile passage à l’âge adulte fait ressortir une douce mélancolie.

    « La ville s’est couchée, je roule sur son dos avec des odeurs de poulet braisé dans le nez. Boulevard national, des bars pleins de vieux à la cornée abimée qui boivent leur thé en trempant leur nez dedans. (…) de petites comoriennes jouent à la corde à sauter en pyjama et des mecs sortent des salons de coiffure en se croyant beaux. J’ai encore des sentiments pour cette ville. Tout est encore possible entre nous. de nouveau envie de la filmer et de l’écouter me raconter ces histoires de vies, qui, bout à bout, me transportent de l’autre côté de la Méditerranée, dans ces ruelles où l’o, vend des cigarettes et des brochettes de foie à l’unité. Où l’on jette par terre papiers, mégots, canettes de coca. Là où les mouettes, les chats et les rats viennent se battre. Une ville doit dégager nos odeurs de crasse et nos instincts animaux. Elle doit raconter nos vies et nos drives. Une ville trop propre ne me dit rien, elle me fait peur, à cacher ses névroses. »

    Marseille est vraiment la star de ce roman, décrite avec beaucoup de coeur, sans le folklore habituel que la ville suscite. Derrière chaque scène, chaque tableau, c’est tout l’amour de l’auteur pour sa ville et son quartier qui explose de façon très charnelle, sensorielle et organique, de façon très personnelle aussi.

    Mieux qu’un reportage, Cinq dans tes yeux décrypte et donne à voir le mécanisme de gentrification et l’arrivée des « Bobos », surnommés les Venants avec leurs gueules d’héritiers, qui effacent en silence, à coup de rénovations, tout un écosystème au centre des villes, écartant les classes populaire vers les périphéries. C’est rare de lire un roman aussi sensible et géographique à la fois, à la fois intime et inscrit dans un territoire collectif qui s’est métamorphosé vitesse grand V. Hadrien Bels n’écrit pas que pour faire sourire mais pousse à réfléchir sur nos modes de vie urbains et de façon générale sur les identités qui fluctuent au cours d’une vie.
    Un premier roman très convaincant plein de verve et de sève incontestablement prometteur.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.