Critique

CINÉMA

L’esquive - la critique

Marivaux made in banlieue

Le 28 octobre 2010

La banlieue à hauteur d’ados dans un film porteur d’espoir.

Galerie photos

  • 7 mars 2005
    L’esquive - la critique

    abdellatif kechiche je n ai pas encore vu votre film j ai vu la bande annonce et bravo

  • puremorning 27 avril 2007
    L’esquive - la critique

    « Queen »

    L’amour en banlieue ? Ca existe et l’Esquive est là pour le prouver ! Loin des clichés de la banlieue-pas-rose-et-morose, Abdellatif Kechiche joue la carte du vaudeville dans une cité. Pari osé et pari réussi.

    Kechiche ne se contente pas de la bagatelle et peint un tableau social grinçant. Mais il y a aussi et avant tout l’espoir, la vie, le dynamisme, l’amour de Krimo, Lydia, Frida et compagnie. Dans un jeu de miroir subtil entre la pièce de théâtre et la réalité, le réalisateur renvoie à la difficulté de communiquer en amour, surtout quand les autres s’en mêlent, surtout quand l’environnement plombe.

    Roméo et Juliette n’est pas loin, mais L’esquive va plus loin dans le constat sociologique. Une gageure.

    Les acteurs, instinctifs et justes, sont remarquables de spontanéité. Ils communiquent l’incommunicabilité avec talent. Aux extrêmes, Osman Elkharraz est tout en sobriété et Sara Forestier, extravertie à souhait.

    La mise en scène sur le vif, dynamique contribue à la réussite du film. Certes, c’est autant un parti pris que le résultat d’un manque de moyens financiers, mais c’est bien là la preuve que l’argent de ne fait pas forcément le bon (septième) art.

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?