Critique

CINÉMA

La faille - Grégory Hoblit - critique

Jeu de loi

Le 15 février 2021

Un thriller de milieu de tableau qui vaut avant tout pour ses acteurs, Anthony Hopkins et surtout Ryan Gosling.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

En VOD, SVOD ou Streaming

Galerie photos

© 2007 New Line. Tous droits réservés.
spip-bandeau
© 2018 Frédéric Mignard. Tous droits réservés.
  • Soni 5 juillet 2007
    La faille - Grégory Hoblit - critique

    Un petit clin d’oeil à Colombo dès les premières scènes : le spectateur connaît rapidement le meurtrier et le mobile du crime pour découvrir progressivement les artifices de défense mises en avant par l’assassin ainsi que les talents et les astuces de l’enquêteur. Ne cherchez pas à voir dans La Faille, l’imperméable de l’inspecteur Colombo ni sa vieille peugeot ; Ryan Gosling le remplace interprétant un brillant et ambitieux procureur-adjoint, Willy Beachum face à l’impitoyable et manipulateur Ted Crawford, joué par Anthony Hopkins.

    Ted Crawford apprend que sa femme le trompe avec Rob Nunally, un inspecteur de police et il décide de la tuer de sang froid. Le crime n’est pas pour autant parfait car sa femme n’est pas morte. Les aveux faits, on en déduit que l’intrigue va être aussi ordinaire et que le scénario n’en sera que plat et ennuyeux puisque nous entrevoyons facilement le dénouement. Les différents rebondissements nous emmènent néanmoins vers un thriller psychologique où les duels Gosling/Hopkins sont aussi agréables et subtils que dans un traditionnel Colombo à la différence près que l’assassin est ici davantage machiavélique. Une affaire plus difficile qu’elle ne semblait avec une mise en scène macabre et vicieuse nous rappelant évidemment le jeu diabolique d’Hannibal Lecter dans Le silence des agneaux. Anthony Hopkins réitère pour la deuxième fois ses talents dans le rôle du meurtrier jouant avec la loi et l’arrivisme des hommes comme celui de Beachum qui est sur le point d’intégrer un prestigieux cabinet d’avocats.

    « Tout le monde a un point faible » s’amuse à dire Crawford poussant même la comparaison à la coquille d’un œuf. Un humour qui ne flattera guère notre jeune procureur et qui le poussera à chercher désespérément des preuves pour le condamner. Son petit sourire charmeur et son air décontracté tout au long de ce film le rendent quasi intouchable malgré les apparences.

    Le spectateur est aussi tranquille qu’un samedi soir face à un épisode de sa série préférée dont l’intrigue et la confrontation des deux acteurs l’ont tenu éveillé. Le scénario de Glenn Gers et de Daniel Pyne est ici sauvé par le sens de l’humour des personnages bien que noyée dans une atmosphère policière peu surprenante et parfois un peu abracadabrante. A vous de chercher les autres failles...

Votre avis

Votre note :
5 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.