Critique

LIVRE

Retour à Martha’s Vineyard - Richard Russo - critique du livre

Le 26 août 2020

Dans un roman au goût mélancolique et vintage, Richard Russo creuse la psychologie de ses personnages et dresse le portrait d’une Amérique blanche autrefois pleine d’espoir, aujourd’hui désabusée.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

  • leslibraires.fr
  • Acheter sur Cultura
  • Rakuten

Galerie photos

Crédits : Edition de la Table Ronde
spip-slider
  • L’atelier de Litote 27 août 2020
    Retour à Martha’s Vineyard - Richard Russo - critique du livre

    Voilà quarante ans que Teddy, Lincoln et Mickey se connaissent, ils étaient dans la même université au moment de la guerre du Vietnam. Aujourd’hui ils ont la soixantaine et se retrouvent une dernière fois à passer un week-end à Martha’s Vineyard dans la maison que Lincoln s’apprête à vendre. Les chapitres alternent en fonctions des personnages, nous apprenons ce qu’il y a à savoir sur chacun d’entre eux, les petits secrets qu’ils n’ont dévoilés à personne, nous en sommes les témoins. C’est pourtant une autre version de l’histoire commune qui va nous être livrée. Car tous étaient amoureux de Jacy, une jeune fille venant d’une famille aisée, Jacy centralisait tout leur désir. On les revoit la nuit du tirage au sort de l’ordre d’appel pour le Vietnam. Plus tard à la fin de leurs études, ils décident de se réunir une dernière fois à Martha’s Vinyard la maison de vacances de Lincoln et Jacy part avec eux. A la fin du week-end plus personne ne la reverra, les trois hommes tentent de trouver des réponses à leurs questions. Les souvenirs affluent, mais ils ne sont les jeunes gens innocents qu’ils étaient à l’époque. Ils ont bien changés, ils ont eu des destinées différentes. Lincoln a réussi en tant que coursier, Teddy travail dans l’édition et Mickey est toujours musicien. L’écriture de l’auteur parvient à nous faire revivre cette époque particulière qui a précédé la guerre du Vietnam. Ses personnages semblent tout ce qu’il y a de plus ordinaires et pourtant leurs confessions sont touchantes. L’amitié, le temps qui passe, le vieillissement de l’être sont souvent présentés avec une ironie qui si elle ne vous fait pas sourire, vient refléter les questions que tout le monde finit par se poser. J’aurai souhaité que le personnage de Jacy soit aussi traité plus en profondeur, ce qui n’est pas le cas. On n’apprend que peu de chose sur elle, elle ne portait pas de soutien-gorge et aimait se sentir libre mais encore pour générer autant d’attention qu’avait-elle de plus ? Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/08/27/38478275.html

Votre avis

Votre note :
2 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.