Critique

CINÉMA

À corps perdus - la critique

L’amour a ses raisons

Le 16 juin 2007

Deux acteurs en alchimie totale pour l’anatomie d’une improbable passion.

  • giridhar 29 janvier 2006
    À corps perdus - la critique

    Angela (Elena Perino), fille de Timoteo (Sergio Castellitto), célèbre chirurgien, est transportée d’urgence à l’hôpital, après une chute de scooter. Inconsciente et souffrant d’un traumatisme crânien, elle est opérée d’urgence par un des confrères de son père, Alfredo (Pietro de Silva). Rongé par l’angoisse, Timoteo revoit certains événements de son existence. Marié à la belle et blonde Elsa (Claudia Gerini), il rencontre un jour, à l’occasion d’une panne de voiture dans un quartier pauvre, une jeune femme, Italia (Penelope Cruz). Elle n’est ni riche, ni vraiment belle, mais fou de désir pour elle, il se rend de plus en plus fréquemment dans la masure qu’elle habite et qui doit prochainement être rasée pour laisser place à des HLM...

    Une histoire de passion folle et destructrice. Une de plus, dira-t-on ! Toute simple, qui plus est, sans les décors exotiques du "Patient anglais", sans la richesse historique et visuellement somptueuse du "Docteur Jivago". Un couple banal, qui oscille paisiblement entre l’amitié, les non-dits, les jardins secrets personnels. Lui, massif, solide en apparence, est un exemple de réussite professionnelle brillante, mais le masque qu’il arbore est d’une fragilité dérisoire. Elle, lisse, raffinée, rigide, se réfugie dans les voyages, et choisit de fermer les yeux sur ce qui pourrait mettre son couple à genoux. Et puis survient le dernier membre du trio. Etonnant petit bout de femme, au visage impassible, habituée à subir les coups du destin, presque laide, qui, pour une raison connue seulement des coeurs concernés, fait chavirer la barque vitale du médecin. Piétinant d’un coup sa maîtrise, sa gravité, sa raison, sa pondération, il devient une bête qui abuse de plus faible que lui, qui laisse éclater au grand jour la part d’ombre qui était enfouie sous la carapace de l’homme du monde. Mais, la première violence passée et acceptée, naît l’amour, ou, tout au moins, son fantôme clinquant, la passion. C’est vrai, il n’y a là rien de vraiment original. La vie, la mort, la lâcheté, les mensonges, tous ces thèmes ont été écrits et filmés des milliers de fois. 

    Et pourtant, on ressort de cette vision intensément bouleversés. Pris au piège de cette rétrospective poignante. Parce qu’il y a, d’abord, à chaque instant de cette oeuvre, une sincérité évidente, une densité psychologique pénétrante, une sobriété, une fièvre, une tension et une absence de sollicitation extrêmes. Rien de plaisant, d’aguicheur dans la peinture de cette relation, mais la sauvagerie crue, agressive, d’un homme égoïste. Parce qu’il y a, ensuite, un duo exceptionnel d’acteurs : si Sergio Castellitto est d’une justesse rare, explorant avec une égale acuité l’aspect lumière et l’aspect noirceur de sa personnalité, c’est Penelope Cruz qui crée véritablement un choc majeur. Enlaidie, maladroite, parfois difficilement reconnaissable, mais le regard irradié d’un espoir chimérique que l’on devine derrière le masque de souffrance, elle se montre inoubliable. Et le miracle se produit : une osmose rare, magique, entre les composantes simples du drame intimiste, les personnages, les mots, la musique. Tout cet ensemble d’éléments qui, souvent, se froissent, se télescopent, faisant sombrer la création dans un magma insipide, voire ridicule et, parfois, rarement, se confondent, s’unifient, pour transfigurer une histoire prosaïque en une tragédie déchirante et intemporelle. 

    Une merveille.

  • alinea 16 mai 2007
    À corps perdus - la critique

    Le jeu des acteurs est assez théâtrale (mais le film est italien alors ça s’explique) mais les dialogues font mouche. L’histoire est un prétexte à des portraits excessifs et plein de sensibilité. L’amour sacrifié sur l’autel du devoir, le passé qui vous colle à l’âme et l’idéalisation des sentiments... j’ai aimé !

  • roger w 8 août 2011
    À corps perdus - la critique

    Un très joli film de Sergio Castellito porté par une Penelope Cruz divine et une réalisation très travaillée. Toutefois, l’ensemble manque un peu d’émotion pour enthousiasmer pleinement.

Votre avis

Votre note :
6 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.