Coffret D.W.Griffith
Naissance d’une nation - Intolérance

Noirs et blancs

Le 6 juillet 2007

Grand écart pour Griffith entre un film de propagande raciste et une œuvre humaniste touchante. Dans les deux cas, le cinéma en a été profondément bouleversé.

Vos avis

  • 18 avril 2012, par JIPI

    « Sans cesse se balance le berceau reliant le passé à l’avenir ».

    Un foyer d’intolérance et de haine lutte perpétuellement au cœur du temps afin de soumettre un amour charité se maintenant difficilement à flots dans un environnement historique de plusieurs millénaires synonymes de massacres permanents.

    Des grappes humaines en révolte sont corrigées au canon, des tours s’embrasent au pied des murailles d’une ville momentanément épargnée. Le Christ se prépare à la passion, Babylone trahi par ses religieux offre à l’envahisseur ses murs éventrés. Le chômeur à bout de ressources détrousse l’éméché. Le réformiste se déchaîne dans une époque où les individus désoeuvrés retournent à la pierre brute.

    « Il faut détruire ou être détruits » Catherine de Médicis le clame haut et fort à un Charles IX sous pression matriarcale à l’aube d’une Saint Barthélemy sanguinaire ou le seul but est de gagner du temps sur le temps par la force d’une doctrine contradictoire.

    Depuis toujours, l’humanité se morfond en conflits répétitifs par des procédures guerrières et politiques. Il y a toujours un prêtre pour vendre une ville à un empereur. En costumes ou bardés de fers les hommes ne font que se trahir, souffrir et guerroyer.

    Ces quatre récits offre à l’histoire un sanguinolent paquet cadeaux de nos fureurs temporelles contrées par une bravoure bien souvent féminine courageuse, malmenée, quelquefois récompensée.

    « Intolérance » est une œuvre magnifique, grandiose, violente, sensuelle montrant notre logiciel terrestre, une fureur meurtrière vétue d’une famine intellectuelle ou l’homme extrêmement fragilisé se protège dans la douleur de la bestialité de ses propres congénères encadré par des compagnes aimantes, volontaires, décisionnaires d’une grâce de dernière minute ou opérationnelles au combat jusqu’à la mort.

    Les décors grandioses Babyloniens filmés en ballon captif alimentent merveilleusement les contraintes du plan fixe. Ces statues d’éléphants cabrées aux mesures himalayennes envoient au placard les balbutiements d’un jeune cinéma prenant soudainement grâce à ce joyau une technologie parfaite presque indélébile.

    « Intolérance » première fresque historique cinématographique à grand spectacle représente un processus complet émotionnel et tragique de nos parcours, un plan révélateur de toutes nos erreurs accumulées. Ces quatre récits en parallèles ne sont que notre image, une lutte perpétuelle entre proies et prédateurs.

    Intolérance est notre éternité

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?