Critique

CINÉMA

Gainsbourg - (vie héroïque) - La critique

De l’or en Gainsbarre

Le 8 septembre 2012

Le dessinateur Joann Sfar se lance dans le cinéma, avec un biopic personnel et bigarré, au casting impressionnant, où Gainsbourg-Gainsbarre voyage entre les bulles, et nous entraîne dans son univers de notes.

Galerie photos

© Jérôme Brezillon
© Jérôme Brezillon
  • Norman06 21 janvier 2010
    Gainsbourg - (vie héroïque) - La critique

    Médiocre biopic, laborieusement illustratif. Passé le générique animé séduisant (ce qui est le minimum syndical pour un dessinateur), le récit linéaire se noie dans l’anecdote et la convention de feuilleton télé : la vie de l’artiste est réduite à ses histoires de cul et ou la genèse de ses grands tubes, le tout nimbé de poésie de pacotille (le double marionnette, usé jusqu’à la corde) et de prestations d’acteurs confondant incarnation et imitation. À cet égard, Les pathétiques prestations de Laetitia Casta en B.B. ou de Sara Forestier en France Gall ne sont pas les moindres catastrophes de casting. Beaucoup de bruit (médiatique) pour rien.

  • roger w 3 février 2010
    Gainsbourg - (vie héroïque) - La critique

    Si le biopic ne nous apprend pas grand-chose sur le personnage Gainsbourg, le film est toutefois fort plaisant à regarder. Il est dommage même que Sfar ne soit pas allé plus loin dans sa notion de conte. Ses effets métaphoriques et fantastiques sont plutôt réussis et permettaient de dynamiter un genre souvent conventionnel. Il n’y parvient qu’en partie. Chapeau en tout cas pour les acteurs et une superbe Casta.

  • ’Boo’Radley 20 février 2010
    Gainsbourg - (vie héroïque) - La critique

    La biographie filmée de Serge Gainsbourg, façon potache, à la manière de Roger Pierre et Jean Marc Thibault racontant l’Histoire de France chez les Carpentier : des sketches, des chansons et des starlettes ! Il est dommage que les auteurs du film n’aient pas éprouvé le besoin de se livrer cinématographiquement à une réflexion plus dense sur le personnage du talentueux créateur. Joann Sfar apporte à la fragile entreprise sa caution artistique, sans beaucoup mouiller sa chemise : il affuble le chanteur d’un double assez inutile, dont on ne sait trop s’il s’agit de Gainsbarre ou de Casimir.

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?