Critique

LIVRE

Glory - Elizabeth Wetmore - critique du livre

Le 26 août 2020

Fresque sociale et féminine saisissante, Glory emporte le lecteur dans le Texas rétrograde et conservateur des années 1970.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Galerie photos

Crédits : Les Escales
  • L’atelier de Litote 31 août 2020
    Glory - Elizabeth Wetmore - critique du livre

    Un premier roman prometteur c’est un coup de cœur, qui a pour cadre le Texas sous un soleil de plomb et des odeurs de pétrole. Odessa est une ville pétrolière en plein boum en 1976. Les hommes blancs y travaillent durement, la place des femmes reste accessoire. Un roman choral où chaque chapitre porte le prénom d’une de ces femmes. Nous allons découvrir vision de la société américaine de l’époque à travers les vies de toutes ces femmes. On parcourt tous les âges avec les personnages. La plus âgée est Corinne Shepard, veuve, grincheuse et un brin alcoolique ; Mary Rose Whitehead marié et mère à nouveau enceinte ; Ginny qui abandonne sa fille Debra Ann, 10 ans ; Karla Sibley jeune serveuse de 17 ans. Le roman débute avec Gloria, petite mexicaine de 14 ans, battue et violée. Mary Rose va s’investir pour qu’on rende justice à Gloria. Suivre la solidarité de ses femmes, leur façon de se soutenir était quelque chose de beau et de profond. Qui a-t-il de pire que l’injustice ? Parallèlement à cela l’histoire d’amitié entre Debra Ann et l’ancien soldat Jesse Belden qui vit dans un tuyau d’évacuation est juste émouvante et belle. Les personnages ont tous leur forces, certains sont sombres et d’autres lumineux. Il y a de la profondeur en chacun d’entre eux, cela donne tout son intérêt au récit, toute sa densité. Si justice n’est pas rendue alors des sentiments viennent bouillonner dans les cœurs. La colère, la rage, le désir de vengeance peuvent venir perturber la petite communauté. La vie de la maternité telle que décrite par l’auteure est bouleversante, on ressent très fort les carcans sociaux et les pensées non politiquement correctes. J’ai été sous apnée dès le début de ma lecture et je suis passée par tout un tas d’émotions grâce au talent de l’auteur à nous faire vivre un récit passionnant. Je vais suivre son parcourt avec attention.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/08/31/38507391.html

  • Kirzy 13 février 2021
    Glory - Elizabeth Wetmore - critique du livre

    1976, ville d’Odessa dans l’Ouest du Texas. le roman s’ouvre sur un chapitre terrible, celui du viol de Gloria, jeune fille de 14 ans, durant toute une nuit, dans un champ pétrolifère, avant qu’elle ne trouve la force de s’enfuir lorsque son bourreau ivre s’endort, jusqu’à frapper à la porte de la ferme de Mary-Rose.

    Elizabeth Wetmore, dont c’est le premier roman, surprend. Plutôt que rester focaliser sur Gloria, elle fait le choix de dévisser complètement pour déplacer le regard de la victime vers un choeur d’autres femmes de la communauté d’Odessa. Chaque chapitre est centré sur l’une d’elle, en alternance, autant d’histoires courtes à part entière à l’intensité croissante. Mais jamais on ne peut oublier l’ouverture traumatisante de ce roman, jamais la terreur de Gloria qui fuit ensanglantée son violeur ne nous quitte. La construction est ainsi très habile car toujours on est dans l’attente que Mary-Rose, le jeune mère de famille, Corrine la veuve qui ne craint plus rien ni personne, ou Debra Ann la très jeune fille à l’acuité déjà aiguisé, parlent de Gloria et de ce qu’il lui est arrivé. La tension monte très progressivement jusqu’à exploser dans les cinquante remarquables dernières pages.

    Ce qui est très fort dans ce roman, c’est la façon dont l’auteur questionne toute une communauté dans sa réaction face à un crime révélant un racisme scandaleusement inapproprié et levant le voile sur une condition féminine faite de soumission dans cet état sudiste : racisme et sexisme sont les mêmes faces d’une réalité bien laide. Et elle dénonce avec beaucoup de subtilité pour rendre compte de toute la complexité de la situation, sans rien perdre de férocité lorsqu’il le faut, mettant à nu avec une clarté ironique les moeurs et l’ambiance dans cet Amérique profonde des années 1970 ... dont on sent qu’ils est encore très proche de ceux d’aujourd’hui.

    Mais ce que je retiens de ce roman très fort émotionnellement, c’est le beau personnage de Mary-Rose. C’est elle qui recueille Gloria et appelle les secours. Elle qui, dans son compassion instinctive, s’apprête à témoigner contre le violeur, et se retrouve mise au ban de la communauté. Car elle est blanche, car le violeur est un jeune homme blanc bien intégré, car Gloria est d’origine mexicaine et que c’est sa faute puisqu’elle est montée volontairement dans le pick-up, car les Latinas seraient précoces sexuellement et naturellement ardentes. Plus que l’histoire de Gloria, c’est celle de Mary-Rose, la mère au foyer soumise à son mari, au bord du burn-out avec ces deux enfants en bas-âge qui l’épuise. Mary-Rose dont on assiste à l’éveil puis la métamorphose sous l’effet de sa prise de conscience féministe et humaniste, choquée de voir qu’on banalise le viol d’une jeune fille, au point de quasi basculer dans une forme de folie.

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.