Critique

CINÉMA

L’insoutenable légéreté de l’être - critique

Valse des corps à contre-coeurs

Le 24 janvier 2012

Entre coup de foudre et rideau de fer, l’oeuvre passionnée de Philip Kaufman interroge sur L’insoutenable légereté de l’être, de l’amour et de l’existence.
Un chef d’oeuvre.

Galerie Photos

  • birulune 7 février 2017
    L’insoutenable légéreté de l’être - critique

    Waouh bien belle critique ! Sans fausse note a part peut être l’utilisation d’une notion de philo sartrienne (" l’existentialisme niché aux quatre coins du cadre") qui n’a rien à voir avec l’histoire car Kundera est farouchement anti-sartrien
    Pour le reste que du bonheur que cette critique

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?