Critique

CINÉMA

Le cercle rouge - la critique

Le chant du cygne

Le 9 mai 2015

Melville au sommet de son art, dans l’une de ces œuvres qui donnèrent au polar français ses lettres de noblesse.

Galerie Photos

  • Photini Mitrou 3 novembre 2017
    Le cercle rouge - la critique

    Le Cercle Rouge est le policier le plus nul. Rien dans ce film n’est crédible et je m’amuse à le regarder pour y relever toutes ses incongruités.
    Une grosse pointure de la police de Paris va à Marseille chercher un petit truand qu’il ramène à Paris en wagons-lits ! Son prisonnier, alors qu’il a un poignet entravé, arrive à trouver dans une de ses poches un trombone avec lequel il va décrocheter sa menotte. Vous avez, vous, des trombones dans votre poche ? Et avec un trombone et une seule main on n’ouvre jamais une menotte. Mais, bon, passons. Après s’être libéré les mains avec ses pieds il donne un grand coup dans la vitre du compartiment et il se retrouve sur le balastre sans une égratignure, sans percuter un arbre ou une colonne quelconque !!!!!! Mais bon, disons qu’il avait de la chance. Mais ce qui est grotesque, c’est de briser la vitre du train en donnant un seul coup de pied. Tout le monde sait que ces vitres, épaisses, sont très résistantes aux chocs et que ce n’est qu’à coups de marteau qu’on peut les casser, si besoin, pour apporter secours. Logiquement, le prisonnier aurait dû se casser les chevilles et non briser la vitre. Tout le reste est du même topo. C’est un film intéressant, pédagogique, pour l’école de police. Tout, tout, tout est faux. Regardez-le et amusez-vous à relever, comme moi, tout ce qui cloche.

  • maurette 2 juillet 2019
    Le cercle rouge - la critique

    Jean pierre Melville est un chef pour créer une ambiance, Le deuxième souffle de ce point de vue est bien le meilleur de ses films, car comme dans le Doulos et Le cercle rouge, il n’y pèche pas par une grave invraisemblance : Reggiani dans le doulos, qui ne trouve rien de mieux pour cacher son butin fruit d’un meutre, que de l’enterrer dans la nuit au pied et à la forte lumière d’un lampadaire, et Delon dans le cercle rouge, qui fait sortir du coffre de son auto où il le cachait, Gian Maria Volonte très recherhé par la police, au pied de l’immeuble où il a un appartement, et point dans une rue un peu éloignée, ce qui eût été plus réaliste.

  • maurette 2 juillet 2019
    Le cercle rouge - la critique

    Pour la vitre du train, on peut mettre sa brisure sur le compte de la force que peut donner l’énergie du désespoir ; pour le trombone il a pu le piquer sur un bureau de la police, quoique j’ai plutôt le souvenir d’une épingle à nourrice entre les doigts de Volonte ; crocheter une serrure de menottes avec un bout de fer n’est pas chose impossible à tout le monde, qu’un truand sache le faire n’a rien d’invraissemblable, quant à sortir indemne du saut du train, pensez donc au vers de Baudelaire dans les litanies de Satan " Toi qui magiquement assouplit les vieux os De l’ivrogne attardé foulé par les chevaux", le diable peut bien aussi favoriser les brigands. En revanche Delon faisant sortir du coffre de sa voiture, Volonte recherché activement par les flics, au pied de l’immeuble à Paris où il crèche, ne semble pas vous avoir choqué, c’est pourtant chose beaucoup plus dure à avaler que ce que vous pointez.

Votre avis

Votre note :
2 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?