Critique

CINÉMA

The murderer - La critique

La brute et le cinglé

Le 20 juillet 2011

Le rythme de Jason Bourne dans une intrigue tragico-comico-policière, à la sauce Séoul : amateurs d’action, d’absurde et de scènes de bagarre à la hachette, bienvenus chez Na Hong-jin.

En VOD, SVOD ou Streaming

Galerie photos

© Le Pacte
© Le Pacte
© Le Pacte
© Le Pacte
  • Jujulcactus 30 juillet 2011
    The murderer - La critique

    Ce n’est que son deuxième film et pourtant l’attente était grande, Hong-jin Na avait marqué les esprits en 2009 par sa maîtrise avec « The Chaser », le revoilà avec un nouveau thriller noir mais assez éloigné de son premier essai. Les deux tiers du film se tiennent extrêmement bien, l’écriture est cohérente, le travail sur l’ambiance prodigieux, la critique sociale fine, mais le réalisateur s’enflamme un peu sur la dernière partie... Laissant de côté son travail de réalisme pour baigner son film de scènes d’action époustouflantes, de courses poursuites à n’en plus finir et de combats bourrins à l’arme blanche. Mais sa maîtrise incroyable lui permet de nous tenir en haleine d’un bout un l’autre de son oeuvre pourtant assez complexe (notamment par le nombre de personnages), il nous fait douter, nous communique sa soif de grand cinéma, de « cinema spectacle », et on en ressort le souffle coupé ! La partition des deux interprètes principaux (les mêmes que dans « The Chaser ») est en tout point remarquable, ils dégagent deux caractères opposés qui inspirent l’attachement malgré leurs excès de violence, l’un parce qu’il semble en détresse, l’autre parce que sa nonchalance à un fort ressort comique. Contrairement à « I saw the devil » sorti il y a seulement deux semaines, le casting est parfaitement exploité, fait ressortir des émotions et apporte une réelle profondeur à l’intrigue. Les deux films partagent néanmoins un trait commun puisque les deux personnages principaux deviennent des animaux au contact de d’autres animaux, il y a une bestialité progressive dans les comportements et dans la violence (à l’image des chiens que l’on voit se battre au début du film). Mais dans « The Murderer » ça ne constitue pas le seul fil conducteur, le récit est plus dense et on sent la hargne des personnages, on s’épuise avec eux contrairement au film de Kim Jee-won. Intéressant de voir comment dans cette oeuvre sombre et poisseuse, Hong-jin Na arrive à distiller une forme d’humour, basée sur l’absurde (autour des flics comme toujours chez les coréens) et la violence (un tel fraca final, prête à sourire). On est assez loin de son premier film, devenu quasi instantanément un classique du genre, l’orientation de « divertissement » surprend mais l’efficacité impressionne et tient sans temps mort les presque 2h30 de pellicule. Il s’agit assurément d’un des films les plus haletant de ces dernières années !

  • roger w 8 août 2011
    The murderer - La critique

    Très bon polar magistralement réalisé, The murderer tient en haleine de bout en bout, même si une légère lassitude se fait jour dans les dernières minutes. On est une fois de plus estomaqué par le savoir-faire sud-coréen. Un must.

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.