Clint Eastwood

  • SES FILMS
  • SES NEWS
  • SA BIOGRAPHIE
  • VIDEOS
Plus de films
Moins
Plus de news
Moins
Clint Eastwood, un marginal à Hollywood

La carrière de Clint Eastwood commence en 1955. Cet apprenti comédien a alors 25 ans et décroche son premier rôle dans La revanche de la créature. Il alterne dès lors les rôles pour des feuilletons télé et le cinéma. La reconnaissance populaire sera au rendez-vous une dizaine d’années plus tard, grâce à Sergio Leone qui lui offre un rôle de premier plan dans sa trilogie (Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le bon, la brute et le truand). Eastwood monte alors sa propre société de production et réalise son premier film, Un frisson dans la nuit (Play Misty for me), en 1971, suivi d’un western, High plains drifter.
Il interprète, en 1971 également, le rôle de l’inspecteur Harry, réalisé par son ami Don Siegel. Le personnage de Harry lui vaudra une longue mise au placard de la part de Hollywood et de la critique, qui considère l’acteur en tout point similaire à son personnage... C’est avec Honkytonk man (1982) que la carrière d’Eastwood en tant que réalisateur prend un nouvel envol. En 1985, Pale rider (Le cavalier solitaire) est projeté à Cannes et Bird, long métrage sur la vie de Charlie Parker, le consacre comme un réalisateur à part entière. En 1987, Bird est parmi les prétendants de la Palme d’or du Festival de Cannes.
Plusieurs Oscars viennent couronner en 1992 le travail de celui qui est longtemps demeuré un paria aux yeux des majors hollywoodiennes. Avec Impitoyable (Unforgiven), Clint Eastwood décroche notamment celui du meilleur film et celui de la meilleure mise en scène. Avec Sur la route de Madison (The bridges of Madison County), il s’offre son premier rôle "sentimental". Cette fois, le succès est total, tant du point de vue public que critique. Après le très réussi Minuit dans le jardin du bien et du mal (Midnight in the garden of good and evil) et le plus discutable Space cowboys, Clint Eastwood signe Créance de sang puis Mystic River, présent en compétition officielle au Festival de Cannes 2003. Puis vient le choc de Million dollar baby, son 25e film en tant que réalisateur, son chef-d’œuvre. Pluie d’oscars. La messe est dite. Ce triomphe lui permet de s’attaquer à un diptyque sur la guerre, la bataille d’Iwo Jima, vue du côté américain (Mémoires de nos pères) et du côté japonais (Iwo Jima. Les deux films ont été tournés simultanément.
Après une incursion dans le film d’époque avec L’échange, il connait le plus gros succès de toute sa carrière aux Etats-Unis avec Gran Torino.

Filmographie

- Un frisson dans la nuit (Play Misty for me) (1971)
- L’homme des hautes plaines (High plains drifter, 1972)
- Breezy (1973)
- La sanction (The eager sanction, 1975)
- Josey Wales hors-la-loi (The outlaw Josey Wales, 1976)
- L’ épreuve de force (The gauntlet, 1977)
- Bronco Billy (1980)
- Honkytonk man (1982)
- Firefox, l’arme absolue (Firefox, 1982)
- Le retour de l’inspecteur Harry (Sudden impact, 1983)
- Pale rider (Le cavalier solitaire, 1985)
- Le maître de guerre (Heartbreak ridge, 1986)
- Bird (1987)
- Chasseur blanc, cœur noir (White hunter, black heart, 1989)
- La relève (The rookie, 1990)
- Impitoyable (Unforgiven, 1992)
- Un monde parfait (A perfect world, 1993)
- Sur la route de Madison (The bridges of Madison county, 1994)
- Les pleins pouvoirs (Absolute power, 1996)
- Minuit dans le jardin du bien et du mal (Midnight in the garden of good and evil, 1997)
- Jugé coupable (True crime, 1998)
- Space cowboys (2000)
- Créance de sang (Blood work, 2002)
- Mystic river (2002)
- Million dollar baby (2004)
- Mémoires de nos pères (Flags of our fathers, 2006)
- Iwo Jima (Letters from Iwo Jima, 2007)
- L’échange (The changeling, 2008)
- Gran Torino (2009)
- Invictus (2010)
- Au-delà

Plus de vidéos
Moins