Eva (2018), le polar vénéneux de Benoit Jacquot - la critique du film

Le 5 mars 2018

Un nouveau rôle vénéneux pour Isabelle Huppert qui retrouve l’école de la chair, à l’occasion d’un suspense séduisant, autour de cet obscur objet du désir. Au-delà de quelques errances scénaristiques, le cinéaste Benoit Jacquot se prête plutôt bien aux codes du polar ténébreux, quoique déroutant.

Galerie Photos

Le choix du rédacteur

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?