Incubus - la critique du film de 1966

Le septième sot

Le 16 octobre 2016

Ce film très rare intégralement tourné en espéranto se situe à la confluence entre le cinéma métaphysique de Bergman et les errements poético-bis de Jean Rollin. Soit à peu près nulle part.

Galerie Photos

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?