Critique

CINÉMA

Je vous trouve très beau - la fiche du film

Le 25 janvier 2015

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

  • Acheter sur Cultura
  • Rakuten

Galerie photos

  • zoe 9 mars 2006
    Je vous trouve très beau - la fiche du film

    « je vous trouve très beau "

    Le film d’Isabelle Isabelle Mergaud, avec Michel Blanc et Médeea Marinescu,
    est excellent, tant pour l’interprétation des acteurs que pour la réalisation.

    Je recommande la qualité des dialogues, bien enlevés, et avec des « pointes » -un peu systématiques, quand même, mais qui entretiennent la bonne humeur.

    Quelques photos restent en mémoire : Michel Blanc contre la roue de son tracteur géant, image symbolique d’un homme pris dans le cercle de sa ferme.« Rural power » !

    Symbolisme du chien, apprivoisé puis libéré, faisant partie intégrante de la maison, passant du rôle de « râleur » à celui de partenaire affectif et de compagnon de solitude.

    Bien que certaines images sortent du « Crédit agricole », on ne boude pas son plaisir ; la campagne est belle et ne « sent » pas !

    Dans le petit cinéma où j’étais, tout le monde sortait content, heureux de ce mariage réussi entre l’humour et l’émotion.

  • Soni 24 février 2007
    Je vous trouve très beau - la fiche du film

    Un petit conte romantique et tendre : La princesse et le paysan.

    Aymé se retrouve seul dans sa ferme. Avec un prénom pareil, il ne peut le rester éternellement. Pleure-t-il sa défunte femme qui vient de se faire électrocutée par une trayeuse électrique ? Non, pas vraiment mais il n’est pas pour autant un méchant bonhomme ni un égoïste qui ne penserait qu’à sa petite vie à la ferme. Aymé est plus que cela et il assume par ailleurs l’objet de sa quête, à savoir trouver une femme suffisamment forte pour les tâches à la ferme, aimant les animaux évidemment, sachant mettre la machine à laver (sans le chat dedans) et surtout pas de midinette qui se met du vernis sur les ongles ! Non ! à quoi bon... Bref, une femme qu’on pourrait rencontrer au coin d’une rue sauf que pour Aymé, c’est un peu compliqué car les coins des champs sont rarement semés de femmes célibataires remplissant les conditions recherchées.
    Une roumaine ? C’est dégueulasse d’acheter une femme ! Pense tout d’abord Aymé mais après tout, pourquoi attendre que la plaie se cicatrise ?

    Ce film est une confusion de sentiments passant du rire aux larmes, du « c’est ça qu’on vous apprend en Roumanie, faire la pute ! au « je m’excuse » et encore du « prends cette bague ordinaire qui deviendra une bague de fiançailles » au « va t’en, t’es un poids pour moi ! ». Tous les ingrédients de la comédie (en est-ce vraiment une ?) tendre et humaniste sont là. Michel Blanc nous touche par sa sincérité dans ses gestes et maladresses envers Elena. Aurait-il honte, lui, le vieux de désirer une jeune femme comme Elena. Après tout, elle n’est pas venue en France pour cela mais pour y faire un stage et parler le moins possible... Aymé et Elena sont des êtres fragiles et seuls qui se cherchent à leurs façons pour tenter de se comprendre.

    Je vous trouve très beau n’entre ni dans la caricature de l’agriculteur veuf et aigri ni dans celle de la petite roumaine pauvre et malhonnête surtout grâce au jeu talentueux de Michel Blanc dont ses silences et regards nous rappellent ses comédies passées. L’interprétation de Medeea Marinescu paraît, néanmoins, quelque peu poussée à l’extrême vers des caprices et des mimiques ridicules ou au contraire souriant naïvement à son homme. Elle incarne ici une princesse pauvre qui essaye surtout de survivre. La personnalité de son personnage nous montre à quel point il est difficile pour une femme d’être déracinée et d’abandonner sa famille même pour de l’argent. C’est pourquoi, à travers ce film, on ne peut pas éloigner de son esprit les témoignages de ces hommes français se rendant dans les pays de l’Est pour y chercher et sélectionner avidement l’âme sœur. La question est de savoir si les femmes recherchées sont toutes vraiment désireuses de quitter leur pays.

    Isabelle Mergault signe ici un premier long métrage doux et mordant à la fois avec toutefois une pointe fleur bleue pesante dans certaines scènes. L’absence d’indécence et de vulgarité donne une jolie touche à son film.
    A quand le
    deuxième ?

  • Norman06 27 avril 2009
    Je vous trouve très beau - la fiche du film

    Plaisante et sympathique, cette première œuvre relève d’un cinéma d’un autre âge. Sans doute surestimé par le public et la profession (un César heureux), le film révéle toutefois le talent de Medeea Marinescu.

Votre avis

Votre note :
7 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.