L’Amant double (Cannes 2017) - la critique du film

Double Je

Le 16 septembre 2017

En rendant hommage aux thrillers psychologiques et surnaturels des années 70 et 80, François Ozon s’inscrit dans la lignée des Polanski, De Palma, Lynch et Cronenberg. La comparaison peut paraître écrasante. Et pourtant, l’auteur de Sitcom et de Sous le sable brise les liens de la retenue pour s’affranchir de l’exercice stérile du simple tribut et ainsi prendre en main son propre destin d’artisan de l’effroi.

Galerie Photos

Vos avis

  • 4 juin 2017, par Marla

    Ah, je suis contente que tu défendes le film. Il a été démoli à Cannes, et pourtant, il est fascinant : http://bit.ly/2rGTB2j

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?