Critique

CINÉMA

Prenez garde à la sainte putain - La critique

Cuba libre

Le 12 janvier 2011

Dans son dixième long-métrage Fassbinder livre une réflexion ironique sur son propre travail tout en rendant hommage à celui de son ami Werner Schroeter.

Galerie Photos

Votre avis

Votre note :
0 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?