Critique

CINÉMA

Rabbit Hole - la critique

Le 13 juillet 2014

Galerie photos

  • Jujulcactus 30 juillet 2011
    Rabbit Hole - la critique

    Quand on voit la filmographie de John Cameron Mitchell, il est bien surprenant de voir apparaître ce « Rabbit Hole », tant le réalisateur apprécie désinvolture, excès et provoc’... Il démontre avec ce film commandé qu’il est un cinéaste tout terrain, livrant un drame sobre et lumineux sur un thème pourtant compliqué : le deuil d’un enfant... Pour éviter le pathos inutile, il centre son intrigue huit mois après l’événement, mais au cœur de personnages qui commencent tout juste à s’en remettre. Un couple superbement interprété par Nicole Kidman (nommée aux oscars pour ce rôle) et Aaron Eckart qui essaient de trouver une occupation pour oublier, non pas pour oublier d’ailleurs, mais faire le deuil de leur petit garçon percuté par une voiture dans la rue juste devant chez eux. Évitant les ficelles faciles habituelles, les flashs-bask, les musiques plombantes, il se créé autour des personnages une ambiance à la fois pesante et sereine. La caméra recueille avec brio les émotions, ses mouvements sont d’une grâce folle, et son image d’une grande beauté... Si en découle un aspect roman-photo un peu trop présent, il n’en reste pas moins très séduisant. Suivre deux êtres à la recherche des changements qui leur permettraient de tourner la page, deux êtres prêts à imploser... Belle idée que cette relation entre la mère et le « responsable » de la mort de l’enfant, une relation faite de gène et en même temps de sincérité. Totalement en maîtrise, John Cameron Mitchell signe un très beau drame, un peu trop lisse peut-être, mais cette sobriété est en tout point remarquable.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?