Critique

CINÉMA

Easy Rider - Denis Hopper - critique

Le 15 décembre 2020

Le film emblématique de la contre-culture des années 60 n’a pas pris une ride, dans le portrait qu’il brosse de l’Amérique.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

  • Acheter sur Cultura
  • Rakuten

Galerie photos

  • Vincent Marcelin 15 juin 2020
    Easy Rider - Denis Hopper - critique

    La tonalité du film, en effet, est un mélange de résignation et de colère. On voit les personnages réagir de manière presque lassive à tout évènement ce qui, bien plus que le symptôme de leur goût pour les substances canabinoïdes, est le reflet de ce qu’on pu ressentir des milliers de marginaux aux Etats-Unis. Noirs, hippies ou homosexuels comme cité dans l’article mais aussi socialistes ou écologistes ou juste déviants de la pensée néolibérale en place : des êtres humains assassinés d’un coup, sans raison, comme le pasteur Casey dans Les Raisins de la colère. Ou plus récemment, Georg Floyd à Minneapolis. C’est à tous ceux-là qu’ Easy Rider donne une voix. Et le discours de Jack Nicholson [Georg Hanson] de raisonner encore et encore...

    "Georg Hanson : C’était un pays de braves gens, autrefois... Je ne comprends pas ce qui leur est arrivé.
    Billy : C’est devenu des froussards. On veut pas de nous dans un motel de 2e ordre. Tu te rends compte ? Il croient qu’on va les égorger. Ils ont la trouille.
    GH : Ils n’ont pas peur de vous... Ils ont peur de ce que vous représentez pour eux.
    B : Ils pensent qu’on a besoin d’une coupe de cheveux.
    GH : Pour eux, vous représentez la liberté.
    B : Que reproche-t-on à la liberté ?
    GH : C’est l’essentiel. Mais en parler et être libre sont deux choses différentes. On est pas libre quand on vous achète et vous vend au marché. Ne dites pas aux gens qu’ils ne sont pas libres, car alors... ils se mettront à tuer pour prouver qu’ils le sont. Oh oui, ils vont vous rebattre les oreilles de la liberté individuelle... mais s’ils voient un individu libre, ils sont épouvantés.
    B : Faut pas leur flanquer la trousse.
    GH : Non. Ca les rend dangereux. "

Votre avis

Votre note :
0 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.