Holy Motors - la critique

Cosmopolis

Le 3 septembre 2014

Le film dont l’absence au palmarès cannois de 2012 pourrait nous faire crier à la supercherie !

Galerie Photos

Vos avis

  • 2 août 2012, par Jean-Patrick Géraud

    Holy Motors. L’histoire d’un type qui jouait des rôles. Derrière la simplicité de la trame narrative, et par-delà la fantaisie bon enfant, l’imaginaire foisonnant d’un cinéaste que la vie émeut, agace, émerveille, inquiète, et dont il cherche à restituer le mouvement irrésistible et contradictoire. Vivre, c’est d’abord... Jouer un rôle ? Le film ne le dit qu’à-demi. Comme la chanson de Kylie, dont les phrases ne sont pas achevées, il est un tâtonnement dans l’obscurité des craintes. Carax filme une succession de rendez-vous manqués (ou pris de justesse) avec la vie. Visionnaire, oui. Mais aussi, d’une nostalgie bouleversante. Contre le désenchantement des images, le cinéaste réhabilite les vieilles ficelles. Et démontre avec brio que les fables à gros ressorts peuvent encore nous surprendre. On en ressort médusé. Magique !

  • 7 décembre 2012, par Terrence Baelen

    Holy Motors force à l’admiration, mais plonge aussi parfois le spectateur dans l’incompréhension. Bilan mitigé.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?