Critique

CINÉMA

Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

US Army war

Le 22 avril 2010

Un film de guerre classique rehaussé par la qualité de son interprétation.

  • ragondin 11 janvier 2006
    Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

    Film plutôt pas mal que ce Jarhead.
    Ce film traite de la guerre du golfe et ressemblerait presque à un reportage tant tout y semble véridique.
    Les pauvres gard rêvent d’héroïsme mais ne sont finalement que des soldats oisifs isolés dans ce grand désert.
    Le film est propre = bien film, bien joué, bien mis en scène. Ce qui lui donne un petit côté "premier de la classe" un peu agaçant. En dehors de ça, c’est une vision assez pertinente de la guerre moderne.
    A voir donc pour le côté informatif.

    • esdez 16 janvier 2006
      Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

      Si vous aimez les belles images, ne ratez pas ce film qui possède une qualité d’image exceptionnelle. Pour le reste, déception garantie, film vide pour une vie vide, sans sens, un peu à l’américaine quoi. Bof§ quand à la guerre virtuelle,la télé est amplement suffisante et pour le cinéma, voir plutôt Kubrick et consorts.

    • Mouguette 22 janvier 2006
      Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

      Un film réussi et réaliste. Les Marines en plein désert saoudien, ça vaut le détour ! Le plus intéressant dans ce film ce n’est pas la guerre du golfe en elle-même, c’est plutôt le combat interne entre les Marines. Ils partagent tout : leur joie, leur peine, leurs galères...
      Il y a pas mal d’humour dans l’ensemble du film. D’autres passages sont poignants : les Marines ont la rage de vaincre l’ennemi et la volonté de tuer. En somme, c’est un bel aperçu du désert et du moral de fer qui doit habiter chaque soldat après des mois et des mois passés dans un pays où la chaleur et l’exercice physique tuent.

  • lamericano 10 mars 2006
    Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

    La première du Golfe : L’Irak envahit le Koweït, des Marines surentraînés vont sauver mains sur le coeur le monde de l’outrage commis par l’envahisseur tyrannique. Les sauveurs arrivent... en Arabie Saoudite, pour protéger des puits de pétrole ! Ils attendent une guerre qui ne vient pas, conditionnés par une préparation plus que musclée, faite par un sergent instructeur aussi sadique que celui de « Full Metal Jacket ».

    « Jarhead » reprend un peu la structure du chef d’œuvre de Kubrick, en deux parties distinctes : le conditionnement bestial à des conditions de vie animales, puis le théâtre des opérations. « Jarhead » se distingue du fait que le théâtre des opérations est en fait un théâtre de non-opérations.

    Comme des pitbulls qu’on aurait dressés au combat, les Marines veulent mordre. Faute de combattants, ils ruminent, tournent en rond, s’agressent parfois les uns les autres.

    Toute l’absurdité est là : censés défendre les valeurs de la démocratie et d’une certaine civilisation, les Marines sont formés à la sauvagerie et à l’obéissance bête et méchante.
    Toute la réussite du film de Sam Mendes est là : dans la dénonciation subtile du paradoxe de nos sociétés, s’auto-investissant d’une mission « civilisatrice » tout en guerroyant gaiement.

  • joey666 20 juillet 2006
    Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

    staircase

    Un film passionnant. L’ennui d’Anthony Swofford n’a aucune chance de nous atteindre. Les souffrances physiques et morales éclatent au jour alors même que des soldats américains sont encore en Irak. De quoi montrer aux Américains ce que les soldats endurent vraiment. Le réalisateur a choisi de ne pas se cantonner à la guerre à proprement parlé. Il y a l’avant et l’après, avec toutes les questions que cela soulève. Comment revient-on d’une telle épreuve ? Une reconstruction est-elle possible ? Tant que questions qui restent malgré tout sans réponse.

    Le jeu des acteurs est tout en nuances, dévoilant des caractères aussi divers qu’attachants. Ils regrettent tous quelque chose ou quelqu’un, à qui ses parents, à qui sa femme et ses enfants. Venus d’horizons différents, ils se retrouvent « entassés » dans ce désert suffocant, d’où on n’imagine aucune issue. Les conditions de survie sont très difficiles et c’est pourtant dans l’adversité que naissent les réelles amitiés. Celles qui durent après. Celles qui n’ont pas besoin de mots pour se comprendre. Celles auxquelles on confierait sa vie les yeux fermés. Voilà toute l’ironie de ce film : c’est dans la guerre que se créer les liens les plus forts entre les hommes. Dans l’attente permanente et la frustration (pas de combats, pas de femmes), ils n’ont d’autre possibilité que de guêter toutes les petites opportunités pour améliorer le quotidien... avec plus ou moins de succès.

    Jake Gyllenhaal nous offre ici une performance rare, pleine de tendresse, de sincérité et de force tranquille. Repérer dans Le Jour d’Après, c’est sans aucun doute une étoile montante du cinéma américain. Il peut espérer un Oscar pour ce rôle sur mesure et à contre-emploi à la fois. Il n’est pas là ou l’on attend et c’est ici une réussite. Courez le voir, dans ce film ou dans Le Secret de Brokeback Mountain, l’autre film dont Jake sera à l’affiche le 18 janvier. Il doit, là aussi, être parfait.

  • predator37 20 juillet 2006
    Jarhead, la fin de l’innocence - la critique + test DVD

    "staircase"
    Un des meilleurs films (si ce n’est LE meilleur film) de guerre.Jarhead parle plus de l’amitié entre les jeunes GI’s que de la guerre.Les personnages sont attachants (même s’ils sont des vrais garnements !),le scénario est puissant,certaines scènes sont incroyables (la scène d’introduction vaut son pesant d’or !!!),et ce qui est magique dans ce film,c’est que Sam Mendes parle de l’ennui sans frôler l’ennui,c’est ça qui est bien. Génial !

Votre avis

Votre note :
5 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?