Critique

CINÉMA

Star Wars Episode 8 : Les Derniers Jedi - la critique du film

Le 13 décembre 2017

Galerie Photos

  • Squidhead 14 décembre 2017
    Star Wars Episode 8 : Les Derniers Jedi - la critique du film

    Le réalisateur de l’Empire contre attaque ne s’appelle pas Keshner mais Kershner.

    Ma critique :

    Star Wars - Les Derniers Jedi -

    Déconcertant. Déroutant. Surprenant. Trois synonymes pour qualifier ce nouvel opus, le 8ème de la saga Star Wars.

    Avec Le Réveil de la Force, Abrams évoluait en terrain conquis, sans prendre de risques et en rejouant, répétant la partition créée en1977. Beaucoup lui reprochaient alors son manque cruel d’innovation, de remise en question. Avec la prélogie, George Lucas, avait quant à lui su proposer autre chose que la trilogie originale tout en affinant les codes de la saga. Qu’en est-il du réalisateur Rian Johnson, nouveau chouchou de Disney ?

    - Dur -

    On comprend dès le début du film qu’il va falloir faire preuve d’ouverture pour apprécier ce Star Wars. Ce n’est pas facile de se plonger à nouveau dans l’univers tant la mise en scène, le ton, les situations et l’humour apparaissent en total décalage avec l’esprit de la saga. Perdu, déstabilisé face à une telle entreprise, le spectateur ne sait plus s’il regarde un Star Wars ou l’épisode pilote d’une nouvelle série SF high-tech. Les personnages sont bien là, de Luke à Finn, de Rey à Leia, ils répondent présents. Pourtant la bizarrerie de l’ensemble ne nous permet pas d’aborder leurs nouvelles aventures sereinement. On suit trois à quatre actions simultanées, clairement pas toutes au même niveau qualitatif. Si on prend un réel plaisir à retrouver Luke déboussolé par la jeune Rey, les aventures croquignolesques de Finn (et Rose - nouvelle venue) nous laissent sur notre faim. Leia et ses rebelles désabusés naviguent entre le Too much et les bonnes trouvailles. Comme souvent, c’est du côté du Nouvel Ordre porté par un Kylo Ren parfait qu’il faudra se tourner pour trouver son bonheur.

    Rian Johnson propose pas mal d’innovations, sa mise en scène se permet quelques écarts de conduite (parfois malheureux), les lieux sont nouveaux, parfois ratés (le casino) parfois réussis (chez Snoke). Ses débuts sont hésitants, on ne sait pas où il veut en venir. Quelques séquences font échos aux vieux épisodes sans en retrouver l’intensité (scène de la grotte - mouais...) mais se détournent enfin du fan service exacerbé du film précédent (VII).

    - Et la lumière fut -

    Et puis, contre toute attente, le film décolle enfin, en quatre étapes parfaites, épiques, tout est chamboulé. Star Wars - Les Derniers Jedi - se rebiffe ! Un méchant qui s’affirme. Un acte héroïque. Un Luke remobilisé. Une nouvelle planète visuellement impressionnante.
    Rian Johnson se paie le luxe d’écrire quelques unes des plus belles pages de la mythologie de la Force. Il casse les codes pour se les réapproprier et ça paie.

    Mark Hamill impressionne pour ses grands retours au cinéma, Carrie Fisher ne déçoit pas. Daisy Ridley reste très convaincante, mention spéciale à Adam Driver, exceptionnel, certainement le meilleur acteur du casting. Les autres performances sont plus anecdotiques.

    - Au final -

    Des fautes de goûts. Des invraisemblances. Une perte passagère de l’esprit Star Wars. De l’humour discutable. Une mise en scène et une photographie parfois en dedans. Les défauts ne manquent pas quand il s’agit de faire le bilan de ce nouveau Star Wars. Quand on sort du cinéma, il est difficile d’avoir un avis tranché par rapport à son ressenti. Pourtant les prouesses d’un vieux jedi et un final aux petits oignons suffisent pour nous soulever une fois encore de notre siège, suffisent pour nous donner envie d’avoir envie de voir l’ultime épisode de cette nouvelle trilogie qui vient peut-être de trouver son identité, affranchie de son passé, glorieux mais étouffant.

    - Nicolas Loubère-

  • birulune 7 janvier 2018
    Star Wars Episode 8 : Les Derniers Jedi - la critique du film

    " l’exercice était vain mais forcément aimable pour des gamins grisonnants" tout est dit !
    La critique de Nicolas Loubère en thèse / antithèse / synthèse est sympa aussi.
    On parle peu du principal problème du film:sa durée.
    Créer des intrigues prenantes sans reprendre les ficelles de l’Empire contre attaque, et bien, on y arrive !

    C’est d’abord les scènes d’apprentissage du jeune jedi, où le maitre a autant à (ré-)apprendre que l’apprenti, le duo Finn/K.M.Tran est redondant mais attachant, et ce fichu Isaac qui essaie de faire le film a lui tout seul (pas de tête brûlée couronnée chez Disney c’est la team qui compte !)fait les plus belles scènes de combat, et la fin, fatalement attendue - duo au sommet - arrive à sortir des sentiers battus par une belle entourloupe scénaristique, et le spectateur en a pour son argent.
    A retenir:les scènes touchantes de télépathie entre jedis (kylo reyn)
    On est dans le nouveau en gardant l’ancien sous le coude. Pas mal du tout. Le message d’espoir est asséné a coup de masse a défaut d’être bien amené ( " c’est garder les gens qu’on aime en vie qui nous fera gagner la guerre" waou ) et le tour est joué. Pas immédiatement lisible ni renversant cet opus en a dans le ventre !

Votre avis

Votre note :
59 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?