Critique

CINÉMA

Vol 93 - la critique

Crash

Le 10 septembre 2014

Greengrass revient sur les attentats du 11 septembre et signe un précipité intense, mû par l’urgence.

Galerie photos

spip-bandeau
  • puremorning 6 août 2006
    Vol 93 - la critique

    staircase - Le 11 septembre vu des centres d’aiguillage et de sécurité aériens américains et du vol 93, seul avion ayant raté sa cible lors de la vague d’attentats de ce mardi noir. Une reconstitution minutieuse, glaciale, qui fait froid dans le dos. Film puzzle où chaque pièce constitue le tableau de la tragédie, la machine s’emballe quand un avion dévie de sa trajectoire sans explication. Tout d’abord lente, détaillée, d’une précision chirurgicale (prières, tour d’horizon dans le centre d’aiguillage, inspection de routine de l’avion avant décollage), l’intrigue va crescendo jusqu’au tragique - et héroïque - épilogue. Le constat, terrible, d’une énorme machine incapable de réagir face à l’imprévu (l’imprévisible ?), d’une hiérarchie en panne de responsables, d’hommes livrés à eux-mêmes est contrebalancé par la réaction d’orgueil d’une poignée, prévenue par téléphone de la situation, qui vont spontanément essayer de prendre le contrôle de l’appareil détourné et qui à défaut de se sauver, vont sauver d’autres vies humaines. De la grandeur d’âme d’individus en butte à une situation extrême à la paralysie d’un système bureaucratique et irresponsable, l’Homme est décrit tel qu’en lui-même, dans son horreur (les terroristes), dans son absurdité (les rigidités hiérarchiques) et dans son héroïsme (la réaction des passagers). Et si c’était ça, la définition d’un film réussi ?

  • martien72 10 août 2006
    Vol 93 - la critique

    Avant le film d’Oliver Stone, Paul Greengrass revient sur les évènements qui ont bouleversés le monde en 2001, en se concentrant principalement sur ce vol détourné mais qui n’a jamais atteint l’objectif souhaitée par les terroristes. Rien ne sert de préciser que le sujet est délicat, et il faut dire que le film est plutôt réussi. Ce film est-il une fascination pour le glauque ou le morbide ? Depuis ce fameux jours de septembre où j’ai vu les tours s’effondrer en continu à la télévision, j’évite de trop regarder les infos lui préférant la radio. Alors que le tout Hollywood avait préciser assez rapidement qu’il n’utiliserait jamais cette tragique tragédie, voilà que quelques producteurs se livrent à une surenchère en nous livrant deux films (celui de Greengrass et celui de Stone en Aout) sur le sujet à peine cinq ans après. Ce déballage peut être considéré comme osé, voir malsain, mais on sent la nécessité d’y aller. L’autre question que l’on peut se demander, c’est quel est l’objectif des producteurs ? Le grand-spectacle est à bannir rapidement dès les premières minutes du film, tout comme le patriotisme américain, car le film est particulièrement sobre de ce point de vue. Le réalisateur semble avoir trouvé le ton juste pour nous maintenir dans la tension et éviter les fautes de goûts, il ne tente pas de nous faire un portrait des victimes ni des terroristes d’ailleurs, il se contente de reconstituer des faits sans malhonnêteté. Et la comparaison avec la réalité ne se fait pas, car le sujet est trop grave et on ne doute à aucun moment de ce que le réalisateur nous montre.
    Nous sommes ici à mille lieu du reportage de la télévision et de son caractère sensationnel. Non. Il s’agit simplement de relater les faits avec des scènes en plein cœur de l’appareil, et dans les différents lieux de contrôle, tout cela film avec une caméra qui bouge tout le temps afin de mieux capter l’urgence
    Cela dit, j’avoue avoir trouvé le résultat flamboyant en matière d’action. La moralité ne semble pas aussi affecté, sachant que le scénario a été validé par toutes les familles des victimes. Enfin, j’ai trouvé le film fort et bouleversant. En ne mettant pas en cause que ce n’est pas le coté voyeur qui a rendu le film intéressant. Sinon, c’est un malaise qui m’aurait envahit. Ce ne fût pas le cas, donc le film a remplit son rôle.

Votre avis

Votre note :
4 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.