Critique

CINÉMA

L’Olivier - la critique du film

Le 13 juillet 2016

Au-delà des bonnes intentions, forcément louables, L’Olivier pâtit d’une écriture paresseuse.

Galerie Photos

  • calipsoo 12 septembre 2016
    L’Olivier - la critique du film

    je viens de voir le film et je ne suis pas d’accord avec certains reproches ci-dessus. "écriture paresseuse" : je dois avouer que je ne sais pas ce que cela veut dire. Je suis le cheminement d’ALMA, l’exploitation est moderne, elle a beaucoup de travail, sa première préoccupation vis-à-vis du grand-père , c’est de le consoler, de lui montrer qu’elle est là, qu’elle tient à lui. On comprend par la suite ce qui a poussé la famille à vendre l’olivier, on leur a graissé la patte, ils avaient besoin d’argent. On est en plein dans le monde de l’économie capitaliste, celui de faire le plus de fric possible. Sinon, tu crèves. Non, ce n’est pas une parabole Sud (les gentils)Nord, (les méchants) ; L’oncle d’Alma a créé son entreprise de transport et s’est retrouvé ruiné par des clients espagnols qui ne l’ont jamais payé ( parce qu’ils ont organisé leur insolvabilité, les nouveaux requins de la finance, s’enrichir au détriment des autres)
    Alma est jeune, elle se comporte avec la fougue de la jeunesse : elle veut sauver son grand-pèe. C’est le but premier de ce road-movie avec 3 caractères vrais, authentiques. Et c’est ça qui touche. Pour Alma, rien n’est impossible .Bien sûr, c’est bâclé, pas préparé, Alma ne prend pas le temps, elle a trop tardé, son grand-père risque de mourir. Il ne s’alimente plus. Il lui faut agir. Elle agit dans la spontanéité, le mensonge et même la mauvaise foi. Mais sa démarche est humaine, sincère, vraie. Modernité aussi de cette histoire puisque beaucoup d’actions maintenant se font par les réseaux sociaux, on sait que les Allemands sont très écolos et que beaucoup sont végétariens et même végétaliens. Il n’y a pas de parabole, pas de fable utopiste. C’est le combat d’Alma , pour la vie, la vie de son grand-père d’abord, la vie tout court après (symbole du plant d’olivier à l’endroit où il a été déterré). Grâce à ce combat, elle renoue avec son père, elle découvre la richesse humaine de "son amoureux" Rafa. Et surtout, elle sait pourquoi elle vit.

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?