Le voyeur - la critique

Snuff avant l’heure

Le 17 mai 2018

Classique incontournable, incompris en son temps, Le voyeur est un thriller psychologique palpable et déroutant, qui titille notre réflexion et le sens que l’on donne à l’art qu’est le cinéma... Culte.

Galerie Photos

Le choix du rédacteur

Vos avis

  • 11 mai 2012, par JIPI

    Enfant persécuté par des peurs soudaines occasionnées par les expériences nocturnes d’un père biologiste pervers Mark Lewis récupère à son tour un processus d’acharnement en filmant des victimes reproduisant par la terreur des visages identiques au sien devant des expériences similaires.

    Une fusion diabolique s’effectue entre un père persécutant les jeunes nuits d’un enfant devenu grand qui à son tour s’acharne jusqu’à la mort sur des cobayes féminines de rencontres.

    Malsain et dérangeant « Le voyeur » montre dans un contexte légèrement vieillot la jouissance d’un ancien martyrisé devenu maitre d’un processus l’ayant mis sur le flanc dans son adolescence.

    Nos yeux s’incrustent dans cet objectif avançant inexorablement sur celle dont le sourire devant une finalité perçue laisse place à un visage ravagé par la terreur.

    « Le voyeur » est un peu daté mais son impact reste prenant surtout dans les yeux dilatés de plaisir d’un disciple du voyeurisme convaincu de l’ampleur des jouissances ressenties suite à l’emploi d’un pouvoir fascinant qu’il détient sur les derniers instants de l’autre dont le sort lui appartient

    Une victime devenue bourreau recherche inlassablement dans ses meurtres à capter sur la pellicule sa propre peur celle d’un moi enfantin lointain terrorisé par des expériences brutales.

    Un film rare à découvrir

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?