Critique

CINÉMA

Peindre ou faire l’amour - la critique

Côté sud

Le 23 avril 2018

Un sujet périlleux qui ne parvient pas à décoller du cliché et entraîne dans son sillage des comédiens au bord du dilettantisme.

Galerie photos

  • rjeugi 8 septembre 2005
    Peindre ou faire l’amour - la critique

    une maison où il fait bon Peindre ou faire l’amour...

    Adam (un maire aveugle d’un petit village dans le vercors) va être le déclencheur d’un coup de coeur d’un couple (madeleine & william - qui aborde la retraite avec angoisse) pour une superbe maison dans un cadre idyllique et par delà même d’une résurrection de la redécouverte de tous leurs sens avec une intensité extrême. en même temps que madeleine & william renaissent dans cette nouvelle maison et ces paysages d’une beauté extrême, ils vont être lier à jamais au couple d’eva et adam dans un premier quiproquo naturel. les quatre acteurs principaux sont excellents sans oublier le rôle déterminant de la maison et des décors naturels sublimes qui cristallisent tous les désirs des personnages et leurs comportements naturels qui en découlent. ne boudez pas votre plaisir, courrez voir ce film et plus vous découvrirez une scène qui est, à mon avis, le plus bel hommage qu’on puisse rendre aux personnes aveugles, plus de cent secondes d’un écran noir...

  • jlambrichts 6 octobre 2005
    Peindre ou faire l’amour - la critique

    Ce film est un film d’atmosphère , il se regarde comme on regarde un tableau, beaucoup de paysages (ceux du Vercors), une belle maison, des dialogues très calme, pas de cris, pas de heurts, on suit, et l’on se demande de quoi on veut nous parler.

    Et bien d’échangisme !! , paradoxalement le sujet du film est traité de la même manière, avec un naturel tellement désarmant que j’ai trouvé l’histoire trop difficile à avaler, surtout à la fin du film où le couple de jeunes débarque pour "visiter la maison".
    De même la cécité de Sergi Lopez m’a paru suspecte tout au long du film.

    Sabine Azéma et Daniel Auteuil font une bonne prestation. Il y a quelques bonnes scènes comme la traversée du bois dans le noir...

    Un avis mitigé donc, pas un navet mais très loin d’un chef d’œuvre.

    Voir en ligne : Existence is only a game

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?